100% Complete

Chargement de la Chronique
Dolce Formaggio

Gropapa

Dolce Formaggio Quick  Quick 

12 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_465_quick_BE_dolce_formaggio_07.jpg 2008-07-17 Voilà l’été et, comme à son habitude, Quick cherche à nous enjôler avec une opération spéciale, pour que nous ne passions pas TOUT notre temps à la plage... On peut dire que les burgers d’été, c’est le dada de Quick : on a déjà eu (...)

Décortiqué à la loupe par Gropapa le 17/07/2008

Voilà l’été et, comme à son habitude, Quick cherche à nous enjôler avec une opération spéciale, pour que nous ne passions pas TOUT notre temps à la plage... On peut dire que les burgers d’été, c’est le dada de Quick : on a déjà eu droit aux Sunshine Burger, Long Sunset, Quick Flamenco, Quick Sirtaki, Quick Mariachi... Une panoplie de burgers temporaires aux relents d’exotisme, histoire de vendre un peu de rêve en ces temps bien moroses.
Cette année, c’est l’Italie qui servira de décor à notre cinéma intérieur, avec l’opération "Dolce Vita".

À ce sujet, je me permets tout d’abord d’exprimer ma plus profonde consternation (teintée d’amertume) de voir que la Belgique devra se passer du Dolce Coppa, qui m’avait l’air bien tentant, pour se contenter du Dolce Formaggio et des Dolce Vita Cheesy... Ce n’est pas la première fois que notre Royaume (ou ce qu’il en reste) doit subir une opération spéciale de Quick amputée d’une partie de ses charmes, et si le message que l’on veut faire passer chez Quick, c’est que les Belges sont des citoyens de deuxième zone, on a compris, merci. On se retrouvera à la récré !

Trêve de commentaires désabusés, voici donc le Dolce Formaggio. Boîte en carton de circonstance, un tantinet vulgaire à mon avis, mais qui annonce fièrement la, ou plutôt LES couleurs : Forza Italia !
Dedans, un pain fendu "aux tomates séchées", qui recèle une "sauce tomate aux aromates", une rondelle de tomate, un peu de salade déchiquetée, deux steaks de bœuf format normal et deux tranche de Provola, en l’occurrence un genre de Provolone fumé (et pas de la mozzarella comme annoncé dans la néanmoins excellente chronique de Kanji).
On est dans le gabarit des burgers doubles de Quick, donc idéal pour un appétit moyen.

Dégustation : les pains spéciaux me font toujours un peu peur, car chez Quick ils ont tendance à être plus secs que leurs homologues "normaux". Ce fut encore une fois le cas ici, mais dans une mesure acceptable. Je me dois de préciser aussi que, vu que mon Dolce Formaggio était froid, je me le suis fait changer illico (au prix que ça coûte, je ne me gêne plus pour rouspéter), et j’ai donc pu tester un burger tout frais, enfin... tout chaud. Vu la texture un peu sèche et rugueuse du pain, le burger est assez difficile à mastiquer. La quantité de sauce, assez modeste dans l’exemplaire testé, n’aide pas beaucoup à la manœuvre. En parlant de cette "sauce tomate aux aromates", je dois dire qu’elle m’a fait bonne impression : je redoutais qu’elle soit un peu trop acide, comme celle que j’avais goûtée dans une des moitiés du Mix Burger Beef belge, mais ce ne fut pas le cas.
Le fromage distille un goût de fumaison assez prononcé, au point qu’au bout de quelques bouchées, j’ai commencé à avoir des doutes : ne serais-je pas en train de manger un Big Bacon ? Franchement, je ne plaisante pas : la sauce tomatée en est assez proche, le pain a ce côté un peu "râpeux" du bun aux céréales du Big Bacon, on retrouve 2 steaks, plus ce petit goût fumé proche du bacon, on pourrait vraiment confondre !
Reste malgré tout cette sécheresse générale qui m’a rendu la tâche difficile, surtout pour les dernières bouchées.

Appréciation : je ne peux franchement pas parler d’un désastre total, mais on peut dire que le Dolce Formaggio est un burger malade. Bonne recette, ingrédients sympathiques (la sauce, le fromage fumé), mais un pain râpeux allié à un manque de sauce, voilà qui gâche l’ensemble et l’empêche d’être un BON burger.
Bilan en demi-teinte, donc, pour ce qui aurait pu être un chouette burger d’été. Et il y a bien sûr le prix, qui rend ce genre d’expérience encore plus douloureuse : un burger "bof" pour 6,15 € le menu médium !

Je lui donne un 12/20 généreux, pour sa sauce et son fromage.


Prix (2008) : 4,30 € (burger seul), 6,15 € (menu normal)
Calorie : 518 kcal


Quick FR et BE : Dolce Formaggio
envoyé par myburger

Les ingrédients

- bun aux tomates séchées
- sauce tomates et aromates
- salade
- rondelle de tomate
- provola
- steak de bœuf 45 g
- provola
- steak de bœuf 45 g
- talon du bun

Le verdict : 12/20

Les Plus

- la sauce tomate
- le fromage fumé

Les Moins

- pain trop sec
- pas assez de sauce
- décevant pour son prix

Taille

Honnête

Kanji
17/07/2008 à 17:45

Alors là, je conteste. Le provola n'est plus où moins que de la mozza industrielle sechée car le lait de bufflone est trop cher pour eux. Mais dire que c'est du Provolone fumé, je m'en ouvre les veines et mes grand parents retourneraient dans leurs tombes. C'est d'ailleurs pour cela, comme je l'ai précisé que j'ai préféré garder une note objective de 13 car autrement, je l'aurais descendu.

Kanji
17/07/2008 à 18:00

Euh désolé ... en me relisant j'y suis p'tet allé un peu fort ... ^^' Non juste pour dire que ce qu'ils appellent "provola" est loin, très loin d'être du provolone fumé.

17/07/2008 à 18:32

Tu as parfaitement le droit de t'emporter, Kanji, un peu de passion ne nuit pas au débat...et je te concède que ce provolone n'est certes pas de premier choix. J'ai simplement insisté sur l'aspect fumé de l'engin, qui m' a frappé lors de la dégusation - et ce sans que je sache que le fromage était sensé être fumé.

Kanji
17/07/2008 à 18:48

Merci d'excuser mon affront, honorable Gropapa.

19/07/2008 à 12:54

Sympa la vidéo ajoutée à la chronique! je trouve que c'est une très bonne valeur ajoutée! Il fallait y penser, Gropapa l'a fait! Good Job

Donnez votre avis sur le Dolce Formaggio

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !