100% Complete

Chargement de la Chronique
Pineapple Burger

el catala

Pineapple Burger Kua’Aina Burger  Kua’Aina Burger 

16 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1807_Kua_Aina_Burger_JP_Pineapple_Burger_05.jpg 2018-12-04 Toujours au Japon, et toujours dans ma quête de burgers, je jette cette fois mon dévolu sur le quartier d’Odaiba, une île artificielle où l’on peut rencontrer un robot géant haut de plusieurs mètres (Gundam), une statue de la Liberté, un parc d’attraction, [url=https://borderless.teamlab.art/jp/]une expo (...)

Décortiqué à la loupe par el catala le 04/12/2018

Toujours au Japon, et toujours dans ma quête de burgers, je jette cette fois mon dévolu sur le quartier d’Odaiba, une île artificielle où l’on peut rencontrer un robot géant haut de plusieurs mètres (Gundam), une statue de la Liberté, un parc d’attraction, une expo juste folle (si jamais quelqu’un a prévu un petit voyage là-bas), et des centres commerciaux à gogo.

Là-bas, je tombe sur Kua’Aina Burger (je vous mets le lien en anglais, c’est moins lisible en japonais). Mon esprit ne fait qu’un tour, et une scène mythique du cinéma me revient en tête, vous l’avez ? Bon, ok, ce n’est pas tout fait la même enseigne, mais vous avouerez que c’est proche, non ?

Parlons un peu de Kua’Aina. C’est l’autorité du burger hawaïen depuis 1975 (The Best Burger from Hawaii, en toute modestie), adoubée par Barack Obama himself. Son 1er restaurant a ouvert à Hawaï, puis elle s’est exportée. À l’heure actuelle, elle est implantée au Japon, avec 30 restaurants, à Taiwan (2 restaurants), à Londres (2 restaurants)… mais toujours un seul à Honolulu.

Le restaurant étant assez prisé, la file d’attente s’étend jusqu’à l’extérieur, ce qui me laisse le temps de regarder la carte.

Mon choix se porte sur le burger à l’ananas, le sobrement nommé Pineapple Burger. Quitte à être dans une chaîne qui se revendique hawaïenne, autant faire les choses bien. J’entends de là les cris d’orfraies égorgées jugeant ce mélange plus que périlleux… Eh bien pour moi, il ne l’est pas ! Et pourtant, je suis contre la pizza à l’ananas. Je décide en outre de rajouter du bacon. On a le choix entre 2 poids de steak (120 g ou 240 g) et 2 types de bun (un classique Kaiser Roll et un Potato bun, même si ce n’est pas visible sur le site), et on peut même choisir son fromage. Plutôt cool, non ?

Je décide donc de prendre le Pineapple Burger, avec potato bun, steak de 240 g, extra bacon, le tout avec du Monterey Jack. J’ajoute que toute leur gamme ou presque arrive avec le trio classique salade (de la vraie, en feuilles), tomate (2 belles tranches) et oignon (qui se présente sous forme d’une épaisse rondelle grillée, pas en dés réhydratés ou simple copeaux).

Cela fonctionne comme au McDonald’s avec service à table : on passe sa commande au comptoir et on est servi sert à table, et tenez-vous bien : ici ça marche ! La serveuse ne fait pas 12 tables avant de trouver la bonne. Miracle ou bonne organisation ? Je vous laisse juge.

Après 15 minutes d’attente, on m’apporte la bête, présentée ouverte (façon Indiana café, entre autres). Pour admirer la beauté de l’ananas, ou pour pouvoir plus facilement se passer de la tomate et de la salade si on est contre un apport de fraîcheur ? C’est selon votre point de vue, mais dans les deux cas, c’est quand même devant cette vision paradisiaque que le terme de "bête" prend tout son sens, car une fois rassemblé, le burger présente un fort beau gabarit.

Pour la dégustation, vu la hauteur obtenue, la technique chère à notre grand-chef bien-aimé bix, dite de la double semi-bouchée, est fort utile. En bouche, tout se marie à merveille : l’ananas grillé apporte un réel plus, le fromage a du goût, le bun est moelleux, et la viande est plutôt bonne pour un produit de chaîne. Car oui, il faut se rappeler qu’on est ici dans une chaîne, certes petite, mais une chaîne quand même. On ne s’attend pas à y trouver des produits de qualité premium comme chez Chatty-Chatty, mais ils se révèlent bien supérieurs à ceux des chaînes lambda (suivez mon regard).

Je lui donnerai donc un 16 /20, noté évidemment en comparaison de ses confrères du même type d’enseignes, et pas d’une réalisation artisanale à base de bœuf de Kobe.


Prix (2018) : 1 601 yens (soit 12,39 € TTC)

Les ingrédients

- potato bun supérieur
- mayonnaise
- salade en feuilles
- 2 rondelles de tomates
- tranche d’ananas grillé
- 4 tranches de bacon
- rondelle d’oignon
- tranche de Monterey Jack
- steak de bœuf (240 g)
- mayonnaise
- potato bun inférieur

Le verdict : 16/20

Les Plus

- le bun moelleux et peu répandu chez nous
- la quantité et la qualité du fromage
- le grammage généreux du steak
- la qualité des produits pour un burger de chaîne

Les Moins

- le prix, correct pour la France mais un peu cher pour un burger au Japon à qualité égale

Taille

Monstre

04/12/2018 à 13:59

Je suis à Odaiba le 21 pour un concert :) Mais je suis plus intéressé par l'expo (l'année dernière c'était une expo de vieilles voitures à cet endroit si je ne me trompe pas) que par le burger, surtout s'il faut faire la queue (le sport national...). J'ai trop de bonnes choses à manger là-bas, et mon intérêt pour les burgers passe au second plan. Je m'offre juste un McDo à l'occasion pour le goûter mais j'irais jeter un oeil sur la carte quand même ;)

EdWarner
04/12/2018 à 14:21

Évidemment, l'ananas... Mais pour le reste, certes c'est périlleux à déguster, mais on est quand même sur du premium (oui, je suis obsédée par le fromage et les oignons). Visiblement, tout est au gril : on en voit les croisillons sur la viande, l'oignon et la viande. Ça doit aider en saveurs.

04/12/2018 à 17:36

@Essixel Oui expo est juste dingue, ne la rate pas, par contre prends tes places en avance, car il y a un nombre limité entrant par jour est on vite au compte.

Beniben
06/12/2018 à 22:19

Très joli, ça a l'air un peu instable mais très attirant. Le grillé apporte vraiment un plus. En lisant la carte j'ai vu qu'on pouvait demander un supplément ananas pour tous les burgers, original.

Donnez votre avis sur le Pineapple Burger

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !