Foire Aux Questions


Voilà un sujet qui a fait souvent vibrer le forum. Pour info, Burger King est une chaîne de burgers américaine - une des plus importantes, même: d'après Wikipédia, 7.300 restaurants aux États-Unis et 3.600 dans le reste du monde. BK est le deuxième opérateur sur le marché US, derrière McDo.

Tous les burgerers qui hantent le forum et qui ont eu l'occasion de goûter un Whopper (le burger phare de BK) sont d'accord: Burger King, c'est du GRAND burger, avec un goût très spécifique et différent. La cause: leur viande est cuite selon un procédé unique, le flame grilling, qui nécessite l'utilisation de grills spéciaux constitués d'une grille mobile qui passe entre des brûleurs qui cuisent la viande par le dessus et le dessous. De ce procédé de cuisson résulte un burger au goût de viande grillée façon barbecue (que McDo a essayé de recréer artificiellement avec la sauce du Big Tasty).

En Europe, il y a des BKs en Allemagne, en Hollande, en Espagne, en Italie..... et pas en France (ni en Belgique d'ailleurs). Pourquoi cette exception culinaire française ?

L'explication est hélas très banale: des Burger Kings en France, il y en a eu. La marque s'y est implantée dans les années 90, principalement dans le centre des grandes villes, pour finir par se retirer en 1997, suite à son manque de succès.

Article de l'Humanité du 4 août 1997.

Ironiquement, Quick a racheté à BK certains de ses locaux pour les reconvertir en restos Quick, confortant ainsi la marque belge comme seul concurrent viable en France face à McDonald's.

Depuis, d'aucuns rêvent au come back du Whopper dans nos contrées, allant même jusqu'à lancer une pétition réclamant le Retour du Roi : pétition

Pétition ou pas, il serait étonnant de voir BK remettre le couvert sur un territoire où il a connu un échec si cuisant.

A moins que.....

Les enthousiastes du Whopper se sont pris à rêver depuis l'annonce de l'OPA de la Caisse des dépôts sur les actions de Quick:

Article du Figaro du 26 octobre 2006.

Article du Figaro du 28 octobre 2006.

Quel rapport avec Burger King, me direz-vous? C'est simple: la Caisse des dépôts n'a pas vocation à garder Quick dans son giron très longtemps. Le but de son opération boursière, c'est de revendre, avec un bon bénéfice, le contrôle de la société dans quelques années à un opérateur du secteur.

Et qui serait mieux placé que BK pour un rachat de Quick, le plaçant d'emblée en deuxième position sur le marché français ?

Rien ne dit que cela se fera, et si cela se passait, rien ne dit non plus que le réseau Quick serait repeint aux couleurs (et aux produits) BK.

Certains verraient les choses se passer plutôt en douceur, via une lente mutation de Quick vers Burger King, avec cohabitation du Giant et du Whopper au menu.

Seul l'avenir nous dira si ce scénario tient la route. En attendant, savourez votre Giant, il n'y en a peut-être plus pour très longtemps......

D'abord, pour les non-musulmans qui liraient ceci par curiosité, une viande est dite hallal lorsqu'elle a été abattue selon le rite islamique.
Consommer une viande hallal est primordial pour les musulmans, même ceux qui sont modérément pratiquants - et même quand ils vont au fast food.

Depuis l'implantation de Kentucky Fried Chicken (KFC) en France, la question du caractère hallal de leur poulet a été débattue dans la communauté musulmane.

En creusant le sujet sur le web, vous trouverez une multitude de forums où la question est abordée par des musulmans de France, et le débat tourne toujours au "non, pas hallal" "oui, hallal, ma soeur connaît un gars qui a vu un certif au KFC des Halles", "de toutes façons, KFC c'est ricain donc pas hallal", "le resto de Montmartre l'est, mais pas celui de Barbès", bref, une soupe de rumeurs contradictoires.
De même, vous ne trouverez aucune information à ce sujet sur le site web de KFC France - ni aucun affichage clair dans les restaurants de l'enseigne.

Un des organismes de certification hallal en France, AVS, publie ceci sur son site:

"Réponse à nos lecteurs sur le caractère halâl des restaurants KFC - 26.08.2005 - 16:37

Devant la multiplication de vos mails nous interrogeant sur le caractère halal de l’enseigne KFC, nous avons décidé de réagir afin d’éclaircir la situation et de taire les incessantes rumeurs liant les restaurants KFC à l’association AVS.
Ainsi, AVS affirme n’avoir jamais été sous contrat avec un restaurant KFC et de ce fait atteste qu’aucun restaurant de cette enseigne n’est certifié halal et agrée par AVS.

Par ailleurs, nous tenions à attirer l’attention de la communauté musulmane sur les conditions d’abattage des volailles au sein des abattoirs. Il est en effet avéré que les abattoirs en France et ailleurs privilégient l’abattage traditionnel avec étourdissement préalable des bêtes (électronarcose) suivi du sacrifice au moyen d’un disque automatisé..
Or, les savants musulmans, se basant sur le Coran et la Sounna, ont dégagé des conditions sine qua non pour définir l’abattage rituel qui s’oppose donc à l’abattage traditionnel à au moins deux niveaux :

1) Les bêtes sont soumises à l’électronarcose dans le but de les étourdir. Or, compte tenu du choc reçu ; d’une part cela risque de les faire souffrir ; ce qui est clairement condamné par notre prophète (paix et bénédiction sur lui) ; d’autre part il existe un risque certain de mortalité avant que le sacrifice soit effectué.
2) Ensuite, les bêtes sont égorgées par une machine via un disque, à une cadence soutenue, empêchant toute récitation par un homme ou une femme, de la formule rituelle requise.

En conséquence, nous invitons la communauté musulmane à se renseigner plus en profondeur sur les conditions d’abattage des volailles fournies aux différentes enseignes spécialisées dans la restauration rapide.

En l’absence de ces conditions cumulatives, nous mettons en garde la communauté contre les simulacres de halal qui sévissent sur le marché de la viande.

Dans l’espoir d’avoir répondu à vos interrogations.

Le Président : BELATOUI Lahcène"

Les rares personnes qui ont eu une réponse directe de KFC se sont vu signifier, de manière ambiguë, que KFC achetait bien sa viande chez un fournisseur hallal, mais que c'était parce que le prix et la qualité correspondaient au cahier des charges KFC (sous-entendu: ça peut changer d'un jour à l'autre).

Exemple de courrier reçu à ce sujet:

>Bonjour,
>
>Nous avons bien pris en compte votre demande du 1er Mai 2006 et vous
>remercions de l'intérêt que vous portez à notre marque.
>La priorité de KFC est de proposer un produit de qualité qui puisse
>satisfaire tous nos clients.
>KFC France choisit ses fournisseurs en fonction de leur capacité à
>respecter
>parfaitement notre cahier des charges.
>
>Aujourd'hui, il s'avère que les fournisseurs pouvant répondre à nos
>critères
>de qualité fournissent du poulet halal notamment dû à leur activité
>d'export.
>
>Nos fournisseurs nous ont transmis les certificats halal qui sont à
>disposition sur demande dans nos restaurants.
>
>Espérant avoir répondu à votre demande,
>
>Cordialement,
>
>Anne Leclerc
>Service Clients KFC

Voilà, on a d'un côté l'opinion d'un des organismes certificateurs (il y en a d'autres) et de l'autre KFC qui dit que AUJOURD'HUI ses produits sont hallal, ce qui laisse entendre que demain, c'est une autre histoire..... en tout cas, ils ne veulent visiblement pas s'engager à fournir partout et toujours des produits consommables pour une clientèle musulmane. Peur de perdre la clientèle catholique, juive, raëlienne et bouddhiste?

Si on peut comprendre que KFC n'ait pas envie de se coller une étiquette de "resto pour musulmans", on peut lui reprocher d'entretenir un flou artistique sur l'origine de ses produits et de vouloir le beurre ET l'argent du beurre en profitant d'une clientèle ethnique sans pour autant lui donner de garanties sérieuses sur la licité de sa marchandise.

Pour revenir à la question, KFC hallal ou pas: pas sûr, et c'est bien dommage.

S'il est bien quelque chose qui différencie le Big Mac de ses concurrents, c'est sa sauce. Ce qui amène bien entendu tout amateur de burgers à vouloir un jour s'en procurer, de cette fameuse sauce, afin de réaliser des Big Macs perso pour épater les amis ou emballer une conquête féminine.

Seul problème: à ma connaissance, on ne trouve pas de sauce Big Mac dans le commerce. A moins de soudoyer un employé de McDonald's, il n'est pas non plus possible d'en acheter dans les restaurants de l'enseigne.

Qu'à cela ne tienne, il ne reste aux plus opiniâtres qu'à se lancer dans la fabrication d'une sauce maison. C'est ce qu'a fait fg-boy, qui a posté sa recette sur son excellent blog : ici

Détail très important: 2 des ingrédients sont quasi introuvables chez nous. La relish et la French dressing sont des produits courants aux States, mais il faudra vous débrouiller pour vous en faire parvenir si vous voulez vous lancer dans cette aventure. Nous n'avons pas encore trouvé de substituts convaincants, hélas.

Extrait du blog de fg-boy:

Ingrédients
De la mayonnaise, de préférence de marque Hellman's (pas le même goût que les marques leaders en France, beaucoup plus douce que Benedicta ou Amora par exemple), du vinaigre d'alcool blanc, du Relish vert, du sucre en poudre, de la "French Dressing" orangée, du sel, un oignon blanc.

Dans un bol ou un mixer on mélangera les ingrédients dans les proportions suivantes: 12 cl de mayonnaise, 2 cuillères à soupe de French Dressing, 1 cuillère à soupe d'oignon blanc finement émincé, 4 cuillère à café de relish vert, 1 cuillère à café de sucre, 1 cuillère à café de vinaigre, une pincée de sel. On mixera le tout et on obtiendra ceci:

La dégustation

A peine la sauce réalisée, impossible de succomber à la tentation de la goûter à la cuillère. Incroyable! Le goût et l'odeur immédiatement reconnaissable de la vraie sauce "Big Mac"! Et encore, elle n'est pas censée être au top car avant cela, il faudra recouvrir le récipient et le mettre 24h au réfrigérateur, tout en la remuant de temps en temps pour aider les ingrédients à macérer entre eux et faire que la sauce devienne un peu plus... consistante (au sortir du mixeur elle était un peu trop liquide).

Laissons-lui donc le temps de se refroidir au frigo, et allons chercher de quoi réaliser un bon burger: bun's XL, viande hachée, cheddar, salade iceberg, oignons blancs, tranches de pickles. Préparons-le selon la recette disponible sur ce blog, mais cette fois avec cette fameuse sauce... Voici le résultat:

Ce burger fut un régal. La sauce pour hamburgers Bénédicta, précédemment présentée ici, peut aller se rhabiller! Malheuresement pour mes confrères burgerers européens, il ne sera pas facile de recréer cette sauce à la maison, mais si vous connaissez un Américain ou un Canadien, ou que vous partez en voyage, n'hésitez pas à réaliser cette recette pour vous régaler... Et épater vos amis!

Chez McDonald's

 

Chez Quick :

 

Chez Speed Burger tous les steaks font 80gr.

Ces sauces sont assez spéciales, voici cependant les sauces du commerce qui s'en rapprochent

Sauce Big Mac

Sauce Burger Amora

Sauce Burger Lidl

Sauce P'tit Heinz Hamburger

Sauce Nawhals Biggy Burger

 

Sauce Deluxe :

Mayonnaise à la moutarde à l'ancienne Amora

Sauce au poivre Bénédicta

 

Sauce Filet-O-Fish :

Sauce Heinz Mayonnaise ail et fines herbes

Sauce Nawhals Filet-O-Fish

Sauce Béarnaise Bénédicta

Sauce Tartare classique

 

Sauce Pommes-Frites :

Sauce Potatoes Amora

Oh Ouizz Sauce Pomme-Frites Benedicta

Sauce Pomme-Frites Dia (à Ed)

Sauce Suèdoise aux herbes (à Ikea)

 

Sauce BBQ Nuggets :

Sauce Barbecue Amora

Sauce P'tit Heinz Nuggets

Sauce Barbecue Dia (à Ed)

 

Sauce Ketchup :

Ketchup Amora

Ketchup Heinz

Glossaire

Vous verrez apparaître régulièrement sur le Forum de MyBurger un sujet consacré à un hamburger américain ou britannique dont le steak est constitué de viande d'angus, terme parfois inconnu aux néophytes. Pour eux, ces quelques mots d'explication.

Le boeuf angus tire son nom d'un Comté situé en Écosse, d'où cette race bovine est originaire.
C'est une variété de boeuf à pelage foncé (on parle souvent de Black Angus) et dépourvue de cornes, apparue en Écosse à la fin du 18ème siècle suite à une hybridation de plusieurs espèces locales.. La race a ensuite été importée aux États Unis au 19ème siècle.
C'est une "race bouchère qui produit une viande appréciée, finement persillée, avec une bonne conformation de carcasse et un excellent rendement en viande" (dixit Wikipédia). "Finement persillé", c'est un euphémisme pour dire que cette viande est striée de lignes de graisse, et c'est ce qui lui donne tout son goût.

Il y a bien sûr d'autres espèces bovines de par le monde dont la viande est réputée pour sa qualité et son goût: le Kobe japonais (aussi appelé Wagyu), les Limousins et Charolais français, le Blanc Bleu belge, les Piemontese et Chianina italiens, le Gelbvieh allemand ou le Simmental suisse, pour n'en citer que quelques unes.

Les enseignes de fast food américaines, dont l'image a été plutôt mise à mal par les médias au début des années 2000, ont cherché à redorer leur blason en proposant des hamburgers à base de viande angus, gage de goût et de qualité.

L'Angus Burger de Burger King a été le premier sur le marché en 2004, mais Hardee's et les canadiens de Harvey's lui ont vite emboîté le pas, suivis par McDonald's en 2006.
L'arrivée de l'angus dans l'arsenal culinaire (et marketing) des enseignes de fast food leur a permis de faire saliver les amateurs de burgers avec des temporaires flamboyants comme le Steakhouse Burger et le Loaded Steakhouse Burger de BK US, le Three Pepper Angus Burger de BK Angleterre, ou la promo au Royaume Uni (et en Suède!) du Angus Six-Pack, aussi chez Burger King; McDo n'a pas voulu être en reste avec son Angus Third Pounder Deluxe. Hardee's a surenchéri avec ses Thickburgers. Seul Harvey's est un peu timide avec son Angus.



Alors, la vraie question à se poser maintenant c'est: pourquoi ne voit-on pas des burgers à l'angus (ou au charolais) par chez nous? Dès que j'ai la réponse, je la posterai dans la FAQ !

Bun est un mot dérivé du vieil anglais bunne, qui serait lui-même une déformation du vieux mot français bugne, soit... un beignet.
Le bun est le petit pain utilisé communément pour la réalisation des hamburgers. Certains sont recouverts de graines de sésame, comme celui du Big Mac - c'est le cas de la majorité des buns vendus dans le commerce par chez nous.
On en trouve aussi parfois des allongés, qui peuvent servir à faire des hot dogs.
Pour l'anecdote, le bun est aussi le nom d'une coiffure où les cheveux sont attachés en chignon (cfr. la coiffure de la Princesse Leia dans Star Wars).

Bun avec sésame : Bun Lisse :

Fricadelle, fricandelle, frikadel, frikandel, fricandeau, ou même curryworst..... le débat fait rage depuis des lustres, les aficionados s'empoignent, c'est le chaos. Saucisse pour les uns, boulette de viande pour les autres, la galaxie fricadelle est vaste et ses planètes aussi diverses que celles de notre système solaire. A vrai dire, une chatte n'y retrouverait pas ses petits.

D'où la nécessité de ce petit texte explicatif, qui se doit de commencer par un peu d'histoire du fast food.

La naissance d'une star

Les premières fricadelles ont été conçues en 1954 dans la ville hollandaise de Dordrecht par un boucher, Gerrit de Vries. C'étaient des boulettes de viande, qu'il vendait aux restaurants locaux.

Une modification de la loi hollandaise sur les denrées alimentaires l'obligea à changer la forme de sa préparation, déjà très populaire à cette époque. La boulette devint saucisse. Le nom lui fut inspiré par une de ses clientes qui venait d'outre-Rhin: les allemands nommaient "Frikadelle" une sorte de boulette aplatie, et De Vries reprit l'appellation pour sa préparation personnelle.

4 ans plus tard, un certain Jan Bekkers, lui aussi boucher à Deurne en Hollande, perfectionne la recette en s'inspirant des snacks US: la viande est hachée encore plus finement, formant une saucisse plus lisse. Il la baptise "Fricandelle". Pour l'anecdote, Bekkers changea son nom en Beckers pour devancer son cousin et concurrent Koos Bekkers dans les pages de l'annuaire !
Voilà ce qu'on appelle un garçon entreprenant. Bien lui en a pris: Beckers est aujourd'hui un des plus grands fabriquants de fricadelles, et Jan s'est allègrement attribué la paternité de la fricadelle, dont le nom n'avait évidemment pas été déposé par le brave (mais naïf) Gerrit de Vries.

Une beauté nordique

La saucisse frica(n)delle ne se trouve qu'aux Pays Bas, en Belgique et en Allemagne, et un peu dans le Ch'Nord; pour ajouter à la confusion, le même mot est toujours utilisé dans certaines régions de ces pays pour désigner la fameuse boulette plate... on ne sait donc jamais très bien ce qu'on va recevoir lorsqu'on en commande une à la friterie du coin !

Vers le début des années 2000, la fricadelle connut un passage à vide. En 2003, on en vendit 30 millions de moins qu'en 2002, d'après le journal De Telegraaf.

Trop grasse, trop phallique, dénigrée par les bobos mangeurs de verdure bio, handicappée par sa composition assez nébuleuse (beaucoup de légendes urbaines circulent sur le genre de viandes que l'on peut trouver dans la fricadelle), elle se heurte aussi à la concurrence féroce des nouveaux snacks plus jeunes, plus sexy (mais tout aussi gras) comme le Picanto, le Carrero, le Poulycroc.....

Elle n'en reste pas moins une des meilleurs ventes pour les fabricants de snacks de friteries, comme les géants hollandais du gras Mora et Beckers.
Elle est également produite par une myriade de petits industriels qui alimentent le milieu friturier comme Habek, Van Reusel, OVI, De Vries, Buitenhuis Snacks, etc...

La recette du succès

Pour en revenir à la recette de la fricadelle, si la rumeur prétend qu'on y met des abats, des yeux de vache ou d'autres parties encore moins nobles ou avouables, la vérité est que la fricadelle est faite à 40 % de viande prélevée sur la carcasse des volailles, 25 % de viande de porc, parfois encore 5% de viande de cheval (hé oui, on est dans le Nôôôôrd), le reste étant constitué d'eau, panure, épices et quelques produits chimiques.
Dois-je préciser que la fricadelle est cuite en la plongeant dans un bain de friture, histoire de s'assurer qu'elle soit encore plus grasse?

On en produirait annuellement 600 millions en Hollande, soit 108.000 kilomètres, ou 2 fois et demi la circonférence de la Terre. Les Hollandais en consomment chaque année 37 par habitant.

Ça fait beaucoup de fricadelles, beaucoup de graisse dans les artères, et beaucoup de gens heureux - et une seule interrogation: pourquoi les gens mangent-ils des fricadelles, alors qu'elles n'ont pas beaucoup de goût ?

L'un des particularismes du Nord que le film "Bienvenue chez les Ch'tis" à su populariser, c'est la friterie.
Dans le Ch'Nord, et aussi en Belgique francophone (les Flamands et Hollandais parlant plutôt de frituur ou fritkot), la friterie est traditionnellement une roulotte ou une baraque sommaire, plantée sur la place du marché ou en bord de route nationale (ou près d'un endroit fréquenté par les djeunz, comme une école ou une boîte de nuit), bref à un endroit de passage, et dont la vocation première est de vendre... des frites.
Mais pas n'importe quelles frites: les frites du Nord, faites avec de la pomme de terre Bintje, et cuite en deux étapes dans de la vraie graisse animale (blanc de bœuf), servies idéalement dans un cornet en papier, mais le plus souvent dans de simples barquettes.

Comme tous les snacks, les friteries ont dû se diversifier et élargir la gamme de leurs produits.

Il y a d'abord les sauces: de la simple mayonnaise, en passant par les traditionnelles cocktail, ketchup, pickles, andalouse ou tartare, les sauces ont évolué en exotisme et en originalité, avec l'arrivée des sauces samouraï, banzaï, mammouth, américaine, riche...
Toute bonne friterie se doit de proposer un assortiment pléthorique de sauces, souvent entreposées dans d'immense seaux ou dans des bouteilles en plastique munies de pompes à doser.

Et puis, il y a les viandes, toutes préparées en les plongeant dans la graisse bouillante: la fricadelle (ou fricandelle, ou frikadel, bref, elle mérite un article rien qu'à elle), le cervelas, les boulettes de viande, les brochettes diverses (boeuf, dinde), les spécialités comme le poulicroc, la viandelle, le pikanto, le carrero - sans parler des hamburgers, comme le Bicky de Beckers, avec son steak cuit dans la friture et ses sauces spéciales....

Certaines friteries proposent même des combinaisons de frites + plat de viande comme les carbonnades flamandes, les boulettes à la sauce tomate, ou le vol au vent de poulet.

Et il y a bien sûr la mitraillette (routier à Liège, pain frites dans la région du Centre) ou l'Américain: une baguette fourrée aux frites, avec ou sans viande, et une bonne couche de sauce....

Et c'est plutôt une bonne chose, que le film de Dany Boon ait remis la "baraque à frites" à l'honneur; parce que ladite baraque, elle a tendance à disparaître, petit à petit.

Beaucoup de municipalités ne renouvellent pas les autorisations d'exploitation des friteries, considérées par l'intelligentsia bobo comme une tache sur l'environnement urbain, et, il faut le reconnaître, souvent sources de nuisances sonores nocturnes et de papiers gras envahissant les trottoirs.
On oblige donc les roulottes à s'exiler hors des villes, forçant les exploitants à s'installer dans des immeubles commerciaux, où ils seront soumis à des règles plus strictes d'exploitation - et forcés de payer des loyers qui ne sont pas toujours accessibles à leurs bourses.

Profitez donc vite des cornets que vous pourrez trouver dans les dernières friteries qui campent sur la place du marché; ce folklore-là est en voie de disparition.

 

A lire :

A voir :

A écouter :

Liens utiles :

Un patty est un portion de viande hachée (de boeuf, le plus souvent) façonnée en forme de disque qui sert à la préparation du hamburger. On l'appelle aussi steak haché.
Le terme "patty" serait un dérivé du mot français "pâté".
La viande du patty de boeuf a le plus souvent un taux de matière grasse entre 15 et 20 % (une viande plus maigre manquerait de goût et de cohésion, selon les burgerati).
Le patty de base chez Quick et McDonald pèse 45 grammes - c'est le steak ordinaire qui sert à la préparation des Hamburgers, Cheeseburgers, et même Giant ou Big Mac.

 

La poutine est un plat d'origine québécoise traditionnellement constitué de frites et de fromage frais en grains que l'on recouvre d'une sauce brune chaude.

Malgré les allures un peu rustres de la mixture, elle semble fasciner autant les Européens que leurs cousins d'Amérique du Nord, si on en juge par le nombre de fois où la poutine a été évoquée et commentée sur le forum. Peut-être est-ce dû au côté un peu "enfantin" de la recette, qui semble tout droit sortie de l'imagination d'un moutard de 8 ans à qui on aurait laissé les clefs de la cuisine...

A ce sujet, comme pour toutes les préparations de la cuisine populaire, les théories sur l'origine de la poutine sont multiples. Tout le monde situe sa naissance dans le Québec des années 50, mais au-delà, les points de vues divergent, je vous renvoie à Wikipédia pour plus de détails.

Il en va de même pour l'origine du nom, "poutine", qui n'a évidemment rien à voir avec le célèbre dictateur post-soviétique. Il se pourrait qu'il soit une altération du mot anglais "pudding" (lui-même dérivé du ... français "boudin"), qui désigne un dessert, mais aussi des préparations à base de viande.
Ma théorie personnelle, de la plus haute fantaisie, est que poutine vient de l'anglais "put in" (mis dedans), qui illustre assez bien le principe d'amoncellement d'ingrédients de la préparation...

Parlons-en, des ingrédients.
Il y a bien sûr des frites. Aucune précision sur leur qualité ou leur mode de préparation, juste des frites. Parce que ce qui caractérise la poutine, ce sont les deux ingrédients qui couvrent les frites.
D'abord, le fromage: il s'agit d'un fromage en gros grains (qui serait un déchet de la production de cheddar), qui doit être le plus frais possible, et dont la qualité première est de faire «kouick-kouick » entre les dents lorsqu'on le mâche - en tous cas, c'est ce que disent les amateurs de poutine.

Notre envoyé spécial au Québec, Fizz, conseille le fromage de la marque Kelsey's.
La sauce, ensuite; c'est une sauce brune, comparable à un fond de viande, qui se doit d'être versée encore bouillante sur le fromage, afin de le faire fondre en partie.
La sauce la plus réputée est la Berthelet, qui est vendue sous les marques Valentine, St Hubert, etc.

Ceci est bien entendu la recette de la poutine authentique, brute de décoffrage. Mais avec le temps, on en a conçu des dizaines de variantes: avec viande, oignons, à l'italienne (avec sauce bolognaise), avec légumes, crevettes, bacon, hot dog...
Le restaurant Au pied de Cochon à Montréal sert même une poutine au foie gras !

Menu:

Photo du plat :

Où trouver de la poutine ?

Au Québec : partout! C'est de fait le plat national, révéré par les uns, honni par les autres, mais omniprésent. Comme dans le Ch'Nord, on la trouve dans des baraques dans la rue, dans des snacks et gargotes, mais aussi dans toutes les grandes chaînes de fast food, y compris McDonald's, KFC (pardon, je veux dire PFK), BK ou A&W.
Il y a bien sûr des chaînes spécialisées dans la poutine, comme Valentine, Lafleur, St Hubert, La Belle Province ou La Banquise.

Poutine "la Banquise" :

On peut aussi la dénicher dans des endroits exotiques, comme la plage isolée de Zipolite au Mexique ou près de l'hôtel Royal Decameron au Panama.

En France, le choix est hélas plus restreint: il y a Ô Québec à Toulouse, Rennes et Nantes, ou le pub canadien The Moose à Paris.
Elle est également proposée dans le café La Tête des Trains, à Tousson au sud de Paris (poutine au Roquefort, aux lardons, à la carbonnade). A Pessac, près de Bordeaux, on en trouve au Québec Music Café.

Pour ceux qui ne sont pas de ces coins-là, ne désepérez pas, il y a une solution: la poutine-maison, grâce à la société FritCheese.
Cette petite boîte française s'est lancé dans la commercialisation de sauce et fromage à poutine, que l'on peut commander par correspondance.
Il existe un pack à 10,90€ (fromage + sauce) à demander à Eric ANTONIW : contact@lafritcheese.com en lui disant que vous venez de la part de MyBurger, évidemment.

Exemple de ce que donne le produit au final (avec ajout de viande et d'oignons) :

Autre source par correspondance:
Les 4 Reines

Voilà l'essentiel de ce qu'il faut savoir sur la poutine si on veut briller dans les dîners d'ambassade, ou à la maison chez René et Céline.

Liens utiles:

La relish est une préparation cuite ou marinée, faite à partir de légumes préparés et typiquement utilisée en tant que condiment. Une relish diffère d'une sauce par le fait que l'on peut y différencier les cubes de légumes.

Cuisinée à partir d'une ou plusieurs variétés de légumes coupés plus ou moins finement, son goût peut être doux ou piquant mais est toujours d'une saveur marquée qui complémente le plat principal avec lequel il est servi.

En Amérique du Nord la relish, parfois qualifiée de "sweet" (sucrée) est un condiment à base de concombres et de poivrons rouges en minuscules cubes confits dans une marinade sucrée et vinaigrée. Elle accompagne les hamburgers et les hot-dogs.
Un autre exemple de relish est le Piccalilli britannique.
On peut aussi considérer la sauce Tartare comme une forme de relish.

La relish est un des ingrédients qui donnent son goût si particulier à la sauce du Big Mac.

 

Le rösti (ou rœsti, prononcé röschti) est une galette de pommes de terre rôtie. Il s'agirait à l'origine d'un plat préparé pour le petit déjeuner par les paysans bernois; les galettes étaient rôties avec du saindoux, mais il a été progressivement remplacé par de l'huile végétale.
On trouve une préparation similaire dans le Sud-est de la France, sous le nom de "crique". Il existe aussi un équivalent aux Etats Unis, le Hash Brown.

La préparation du Rösti est assez simple: on râpe de la pomme de terre, on forme des galettes que l'on passe dans l'huile bouillante, ou éventuellement au four. Certaines variantes régionales ajoutent du lard, de l'oignon, du fromage, de la pomme ou des herbes.

Le Rösti a fait son apparition ces dernières années dans les rayons de préparations de pommes de terre surgelées de nos magasins - et aussi dans quelques burgers, comme le Brooklyn et le Montana de Speed Burger, ou le McRösti (suisse) et le Recette Tartiflette de McDo. Sans oublier le regretté Rösti de Quick en 2001.

 

Wrap, de l'anglais "to wrap", envelopper. Rien à voir avec des wrappeurs, donc.
Un wrap est un sandwich dont la garniture est servie enroulée dans une crèpe de maïs, style tortilla mexicaine, ou du pain durum, ou même un chapati indien, pourquoi pas?

Les fast foods ont commencé à les introduire dans leurs cartes ces dernières années, notemment KFC avec ses Twisters, et McDo aux Etats Unis sous le nom de Snack Wrap (pas moins de 6 wraps au menu!).
On en trouve même au rayon surgelé, chez Aldi, par exemple. Et comme les miettes sont très gênantes en apesanteur, les astronautes de la NASA emportent aussi des tortillas dans les navettes spatiales.

Rien de plus simple à réaliser, en fait: des crèpes de maïs style tex mex, quelques ingrédients genre salade, maïs, tomate, oignon, de la viande de poulet, du boeuf haché cuit, bref tout ce qu'on a sous la main.
Avec le wrap, emballé, c'est pesé!

 

MyBurger.fr sur FaceBook !

Derniers posts du forum

Ouais, en gros pour étaler les investissements le propriétaire de Burger King choisit d'en transformer (au moins temporairement) une partie en "halal". Plus économique et rentable apparemmen (...)

le 19/08/2017 à 10:12 par Beniben

C est loin d être un fast food, mais je n ai pas trouve d endroit où le mettre ou de topic approprié. L enseigne Haagen daz a ferme a la Défense. Endroit idéal pour y déguster de délicieuses glaces. D (...)

le 18/08/2017 à 9:56 par autorail48

Ah cool, merci pour le suivi des infos

le 18/08/2017 à 9:36 par bixouille

Récapitulatif des ouvertures recentes: Lyon Confluence Lyon Part Dieu Paris Rochechouart Creil St-Maximin Ouvertures à venir: Mougins (Fin Octobre) Marseille Vieux Port (Fin Octobre) Lille

le 17/08/2017 à 15:47 par Jigawa

et moi qui viens de quitter Marseille pour Reims

le 16/08/2017 à 23:04 par joan.ignasi

Énième retour du Triple Cheese à partir du 22 Août. C'est le 3eme retour depuis le début de l'année, non ? Bref, je le souligne surtout pour appuyer le fait qu'il n'y a pour le moment aucune info con (...)

le 16/08/2017 à 19:27 par Jigawa

Chorizo Manchego (fromage espagnol au lait de brebis) cheese croquette http://www.myburger.fr/images/upload/20170816-1002_mark_spencer_chorizo_manchego_cheese_croquettes_01.jpg_51266& (...)

le 16/08/2017 à 10:04 par bixouille

Effectivement les kways sont de sortie !

le 16/08/2017 à 8:48 par bixouille

Hate de pouvoir tester celui de Nice.

le 15/08/2017 à 19:51 par RoyalBacon