100% Complete

Chargement de la Chronique
The New Prime

SuRVoLT69

The New Prime McDonald's  McDonald's 

17 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1719_mc_donalds_CH_the_new_prime_06.jpg 2017-02-20 Alors que je m’apprêtais à aller à Annecy, ma curiosité m’a poussé à jeter un œil sur les chroniques des burgers de nos amis helvètes, pour éventuellement découvrir une enseigne qui fait d’excellents burgers pour le déjeuner, Genève étant à moins de 30 minutes de route (...)

Décortiqué à la loupe par SuRVoLT69 le 20/02/2017

Alors que je m’apprêtais à aller à Annecy, ma curiosité m’a poussé à jeter un œil sur les chroniques des burgers de nos amis helvètes, pour éventuellement découvrir une enseigne qui fait d’excellents burgers pour le déjeuner, Genève étant à moins de 30 minutes de route de la Venise des Alpes. Et à mon grand étonnement, il y a tout juste une chronique qui en vient tout les 2 à 3 ans, et elles ne concernent que McDonald’s. Assez déçu, je me suis donc mis en tête d’aller tester un burger inédit dans sa composition, le McChutney, pour alimenter les chroniques de ce pays, et écrire ma première par la même occasion.

Arrivé sur le coup de 13 h 30 au restaurant place de l’Étoile à Genève, première grosse déception : le burger en question est en rupture de stocks, dans tous les restaurants de la ville selon la caissière. Ayant très faim et ne voulant pas avoir fait tout ce chemin pour rien, je me suis rabattu sur une autre tête d’affiche, le New Prime.

Depuis 2014, McDonald’s Suisse collabore avec un cuisinier télé, René Schudel, pour élaborer sa gamme Signature Line, dont ce burger fait partie.

"220 grammes de viande de bœuf suisse, du véritable gruyère de montagne, de la salade coleslaw croquante et les sauces exceptionnelles Relish et Farmer de René Schudel". Si cela ne donne pas envie...

Ni une, ni deux, le burger est commandé et servi. La boîte chaude me promet un burger fait dans la minute, qui n’attend pas depuis des lustres qu’un client arrive. Cela me donne encore plus envie de le déguster. Que dis-je, de l’attaquer et le dévorer !

Au premier abord, la boîte en 2 tons est jolie à regarder, sobre et moderne. Les ingrédients y sont détaillés sur la partie avant, en anglais, et sur le dessus, bien en évidence, on retrouve le nom du burger et de son créateur, le fameux René Schudel. On notera quand même que le burger est nommé "The Prime", et non "The New Prime", petite étrangeté d’emballage sur laquelle je reviendrai.

À l’intérieur, le burger est soigneusement logé à moitié dans un emballage de dégustation, chose que j’adore plus que tout, car il permet de mordre dans le sandwich sans que le contenu ne s’échappe par la porte de derrière. On avait déjà vu ce type de conditionnement avec le Grand Premium par exemple. Il a un beau poids en main (220 g rien que de viande, ça vous laisse un pauvre 280, fût-il au gruyère également, loin derrière) et promet de combler le vide stomacal de l’ogre qui le dévorera. Le fait qu’il soit à demi-emballé est un bon point pour moi, car le burger et son contenu sont visibles dès l’ouverture, et l’ensemble est prêt à être dégusté sans avoir besoin d’écarter le papier !

Après une courte séance photo et quelques clients me regardant bizarrement en train d’ausculter ce New Prime, on peut y déceler quelques ingrédients qui ne figuraient pas dans la description. Sous le bun supérieur, la sauce Relish recouvre de la roquette, mélangée avec quelques oignons blancs. Viennent ensuite deux grosses rondelles de tomate, la salade coleslaw (composée d’une julienne de chou blanc, de carotte et d’oignon), quelques tranches de bacon sorties de nulle part, deux steaks de 110 g chacun de viande de bœuf suisse, et pour finir de la sauce Farmer, qui recouvre le bun inférieur. Retour donc sur cette boîte, qui pèche bien quelque part, car oublier le bacon dans la composition, alors même que The Prime, première version, en contenait déjà et que les visuels sont sans équivoque sur sa présence, c’est un peu gros.

La première bouchée est tout simplement parfaite, sans trop en faire : le goût prononcé de la roquette se mêle merveilleusement bien à celui de la viande, légèrement juteuse, au croquant du coleslaw et aux quelques pointes de fumé émanant du bacon. Le pain est plutôt fin et c’est tout aussi bien, car je préfère sentir le goût du contenu que celui du contenant.

Les bouchées s’enchaînent, mais une question me taraude l’esprit : où est donc le gruyère tant promis ? Car à vrai dire je ne l’ai senti que sur une seule bouchée. J’ai d’abord pensé à une sauce au fromage, un petit point de sauce réalisé au milieu du burger, alors que sur la photo de présentation on voit bien des copeaux de gruyère. Ce n’est pas non plus le seul bémol de la liste, et la première bouché si parfaite semble déjà loin. Peut-être ai-je eu de la chance en croquant au bon endroit dès la première fois, car sur le reste, point de copeaux de fromage, ni de sauce d’ailleurs. Paradoxalement, cette absence de fromage (pourtant annoncé comme ingrédient majeur du burger) ne vient pas gâcher l’ensemble, comme si les saveurs trouvaient leur parfait équilibre même sans lui.

En résumé, ce burger est très bon, et le résultat est prometteur. Je pense que je suis juste tombé sur le mauvais équipier, car lors de mes précédents achats il n’y avait eu aucun problème. C'est sans doute encore meilleur avec le gruyère en juste quantité mais, tel que, il mérite déjà sa note. Il a en outre une bonne taille et permet de se caler pour le restant de la journée. Pour un Français, il pourrait être perçu comme onéreux avec ses 10,90 CHF (soit environ 10,20 €) sans menu, bien que notre gamme Signature avait des prix semblables*.

Si je devais conclure cette chronique par un dernier mot, je ferais un petit coucou à vil2, qui avait chroniqué The Prime en 2014 et concluait "Le Prime aura-t-il donc un jour un successeur ? C’est bien possible !". Trois ans après, son successeur est bien là, et je l’invite à le re-goûter s’il est toujours présent parmi nous !


*Note : les burgers de la gamme Signature en France ne dépassent pas, pour le moment, les 9,50 € en burger seul.


Prix : 10,90 CHF (environ 10,20 €)
Calories : 938 kcal

Les ingrédients

- bun supérieur aux graines de sésame
- sauce Relish
- roquette
- lamelles d’oignon blanc
- coleslaw (chou blanc, oignons, carottes)
- 2 rondelles de tomate
- copeaux de gruyère suisse
- 4 tranches de bacon
- 2 steaks de bœuf suisse (110 g chacun)
- sauce Farmer
- bun inférieur

Le verdict : 17/20

Les Plus

- l’accord roquette au goût prononcé/viande/croquant du coleslaw
- le mariage des saveurs : pas un seul ingrédient qui n’ait pas sa place dans le burger

Les Moins

- trop peu de sauce
- gruyère inexistant
- quand même un peu petit pour ce prix

Taille

Monstre

Beniben
27/02/2017 à 13:46

Chronique complète et intéressante, les points sont bien détaillés. C'est marrant, l'une des photos a presque le même point de vue que la suggestion de présentation. Là on voit qu'il est moins garni en vrai.

En tout cas beau boulot pour un beau et bon burger. !

Donnez votre avis sur le The New Prime

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !