100% Complete

Chargement de la Recette
Matin de Vendanges

EdWarner

Matin de Vendanges Burger Maison - Recette  Burger Maison - Recette 

15 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1589_recette_burger_maison_FR_Matin_de_Vendanges_09.jpg 2015-10-22 Je suis une fan des petits déjeuners anglais, ce qui me laisse baver bien souvent à la lecture du traditionnel breakfast chez Agatha Christie ou Conan Doyle (oui, j'aime aussi le roman policier classique, et j'ai le tort de lire ces œuvres soit avant de (...)

Recette concoctée par EdWarner le 22/10/2015

Concours "Burger de petit-déjeuner"

Matin de Vendanges est l'une des 16 recettes réalisées pour le concours HOMEMADE BURGER 15 - Burger de petit-déjeuner

Je suis une fan des petits déjeuners anglais, ce qui me laisse baver bien souvent à la lecture du traditionnel breakfast chez Agatha Christie ou Conan Doyle (oui, j'aime aussi le roman policier classique, et j'ai le tort de lire ces œuvres soit avant de dormir, soit au saut du lit). Et je voue un culte absolu au créateur de l'Egg&Bacon McMuffin (sans bacon, merci, mais avec une seconde tranche de cheddar), seule chose capable de me tirer avec enthousiasme de sous ma couette.

Pour ce Home Made Contest 15 donc, le petit déjeuner sera salé. Et il sera sur le mode du totalement flexible à partir d'un buffet classique de brunch. Parce qu'il me semble que le plus intéressant dans un petit déjeuner, c'est d'avoir le choix pour pouvoir faire ses propres mélanges. Et comme c'est toujours plus amusant de pouvoir le faire entièrement soi-même, ici les ingrédients sont réunis en une seule cuisson, au four. Peu de difficulté donc à proposer ça en hôtel.

Le concept est basique, c'est l'egg boat. Pour faire simple, c'est un œuf cocotte cuit dans du pain. Je vous passe le choix possible des pains, mais pour rester dans le thème j'ai choisi une mini-baguette, qui convient habituellement aux tartines beurrées dans les cafés parisiens et colle mieux à l'image du petit déjeuner, de mon point de vue, que le bun aux graines de sésame.

Étape 1 : on coupe le pain. Il ne s'agit pas d'y aller avec brutalité. Pratiquez une incision dans la longueur et en V sur le dessus, de manière à obtenir au moins deux belles mouillettes (ou comme vous les appelez dans votre région) pour la dégustation.

Étape 2 : retirez le reste de la mie avec une cuillère (ou les doigts) pour créer un espace suffisant, sans pour autant faire des parois trop fines. Conservez la mie, elle fera une excellente chapelure pour vos nuggets ou vos gratins. Le plus dur est fait.

Je vous l'avoue sans vergogne, ce sont des pains précuits industriels (les miens sont de chez Carrefour, et je dois admettre que leur rayon des pains, frais comme précuits, est rarement décevant). Plusieurs raisons à ce choix : d'une part, ils vont connaître un second passage au four. S'ils sont déjà bien cuits, ça va virer biscotte. D'autre part, je ne suis pas assez consommatrice de pain pour rentabiliser une fournée de "fait-maison" avant qu'elle soit rassise. Enfin, parce que la notion de petit déjeuner ne fait pas partie de ce que j'ai envie de commencer à me casser le cerveau à faire la veille à midi. C'est dit : au réveil, je suis une loque.

Au fond de la barque on met le fromage, ici du cheddar (logiquement, à la période des vendanges c'est le Maroilles qui débarque en force, mais on va éviter au saut du lit). En fondant, il va coller et rendre le pain un peu moins perméable. On ajoute la charcuterie, dans mon cas quelques rondelles de saucisse de volaille (inutile de les cuire à l'avance, elles auront le temps dans le four). Mon binôme testeur aurait voté pour du bacon. Faites ce que vous voulez, mais il faut une part de charcuterie/viande qui n'a pas besoin de cuire autrement que dans le sandwich. On tasse bien, pour faire de la place. Comme on fait dans la tendance "de saison", un peu de champignons, des figues et des noix. Oui, je rappelle que nous sommes dans un hôtel digne de ce nom, responsable, tout ça, qui travaille avec des produits locaux et de saison. Pas moins... Pour cette fois, j'avais sous la main de la crème fraîche aux champignons toute faite, d'ailleurs très parfumée, ce qui accélère encore la réalisation. On dépose l'œuf dessus, avec quelques quartiers de figues, et hop, au four pour 20 minutes à 180/200° C.

Un bon conseil : utilisez un moule à baguettes, ou servez-vous de papier aluminium pour former une petite barquette, au cas où votre garniture aurait la mauvaise idée d'aller voir hors du pain. C'est d'ailleurs là toute la science : doser les proportions pour que tout rentre dans le pain. Dans mon cas par exemple, j'ai eu la mauvaise idée de prendre un œuf de gros calibre, du coup cela a débordé dès avant la cuisson. Ce n'est pas un drame, mais c'est dommage. Vous noterez d'ailleurs que ce bon sang de pain a eu tendance à s'ouvrir à une extrémité, d'où l'intérêt du moule à baguette pour soutenir la partie inférieure. Placez les mouillettes avec le burger dans le four, mais veillez à les sortir un peu avant le reste. N'ajoutez les noix qu'après cuisson, sinon après 20 minutes au four il ne vous restera plus grand-chose de comestible.

Une fois cuit, le jaune encore coulant mais le blanc figé (attention, ce n'est pas comme un œuf au plat, hein, une partie s'est glissée dans le pain...), on sort le tout et on commence avec le jaune, façon œuf à la coque. Un fois que le plus risqué pour votre chemise est épongé, on prend ses doigts (oui, le burger se mange avec les doigts, je n'en démords pas), on savoure le pain rendu moelleux par l'œuf et le fromage fondu, et on se dit que, finalement, le faire dans une demi-baguette (une "déjeunette" (ça ne s'invente pas...), à savoir un pain deux fois plus grand que la version que j'ai choisie) aurait été une bonne idée.

Verdict : avec cette recette, vous avez avalé au moins 30 % des AJR. Mais le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée, tout le monde le sait. C'est copieux, c'est un peu gras j'en conviens, mais le concept est simple et très adaptable. Problème principal : les figues que j'avais étaient insipides, du coup l'équilibre des saveurs dépendait uniquement de la présence du raisin, qui n'était à la base là qu'en side. Sans lui, le burger tombe sur l'estomac un peu crûment. Avec, c'est parfait.

Avantage principal ? Ça se prépare en 5 minutes maxi, et pendant les 15 à 20 minutes de cuisson vous pouvez faire autre chose. Vous pouvez d'ailleurs en faire plusieurs à la fois dans le four, si vous avez du monde à la maison... Inconvénient ? Justement pouvoir en faire plusieurs à la fois, voire même en variant les recettes, chose très tentante pour jouer au petit chimiste des alliances de saveurs, mais pas conseillé du tout pour équilibrer votre alimentation si vous êtes tout seul à les avaler. Précision de mon binôme de test, qui a un très bon appétit : deux ou trois d'affilée sans problème, avec 500 g de raisin (il faut dire qu'il était quand même 10 h passées du matin, et qu'il commençait à dépérir...).

Les ingrédients

- petit pain précuit
- 1 demi-tranche de cheddar en lamelles
- 1 demi-saucisse de volaille
- 1 cuillère à café de crème fraîche aux champignons
- 1 œuf
- quartiers de figue
- morceaux de noix

Le verdict : 15/20

Les Plus

- taille correcte
- saveurs complémentaires
- peut se réaliser rapidement en plusieurs exemplaires

Les Moins

- la figue n'apporte pas assez de fraîcheur
- a besoin du raisin, du coup...

Taille

Honnête

16/11/2015 à 17:58

Outre la fait qu'elle m'aura donné bigrement faim, ta recette, Ed, m'aura permis de connaitre l'existence de la crème fraîche aux champignons. Il fallait l'inventer ! :)

Très belle chronique. Et résultat visuellement épatant.

Flopchef
17/11/2015 à 11:09

Heu les champignons à la crème ça existe de puis la nuit des temps, ça se vend même en conserve. Sinon ce chausson méritait de gagner le concours et il n'a pas dû passer loin, dans le thème et de saison avec un superbe visuel, chapeau bas madame!

17/11/2015 à 12:04

Les champignons à la crème, oui, ma modeste personne en connaissait l'existence. La crème fraîche aux champignons (c'est un peu différent), j'avoue, je n'en ai jamais vu dans les linéaires. Mais pas grave, on en apprend tous les jours, et certains sont là pour vous le rappeler avec la plus grande élégance.

EdWarner
18/11/2015 à 09:32

Pour être honnête, je ne savais pas non plus. Mais dans le cadre d'un programme de test de produits de chez Carrefour, je me suis retrouvée avec un pot. Du coup, je l'ai partiellement exploité pour cette recette. Et je dois dire que je n'en attendais pas des merveilles, mais que j'ai été plus qu'agréablement surprise. Étrangement, pour avoir décliné la recette sans, ben... c'est moins bon. Pour information, le pot en question coûte moins d'un euro.

18/11/2015 à 23:22

Ah, merci Ed ! J'me sens moins bête et moins seul d'un coup.

19/11/2015 à 21:25

Et ça se trouve au rayon frais ? Il faut que j'ouvre l'œil.

Donnez votre avis sur le Matin de Vendanges

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la recette via FaceBook !