100% Complete

Chargement de la Chronique
Twin Beef (2010)

Gropapa

Twin Beef (2010) Quick  Quick 

11 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_859_quick_BE_twin_beef_03.jpg 2010-06-10 Comme à l'accoutumée, Quick Belgique affiche en cette fin de printemps des temporaires similaires à sa cousine française, mais sous une dénomination plus politiekement korrekte, histoire de ne pas attiser les querelles linguistiques et communautaires qui polluent l'air déjà assez vicié du Royaume de la (...)

Décortiqué à la loupe par Gropapa le 10/06/2010

Comme à l'accoutumée, Quick Belgique affiche en cette fin de printemps des temporaires similaires à sa cousine française, mais sous une dénomination plus politiekement korrekte, histoire de ne pas attiser les querelles linguistiques et communautaires qui polluent l'air déjà assez vicié du Royaume de la Friet/frite (barrer la mention inutile/tiel).
Exit donc le "Bigoo", avec son jeu de mot naze et horriblement te veel francophone, welkom le "Twin Burger", Bigoo rebaptisé à la sauce Shakespeare.... quoiqu'on puisse s'interroger sur la dénomination, qui rappelle des tours jumelles de triste mémoire, qui vacillèrent sous les coups de la violence aveugle et tombèrent en poussière, destin qui pourrait bien être celui du Belgoland dans des temps pas trop éloignés.

Quand je dis "similaires", je n'écris pas "identiques". Car si le nom change, il en va de même pour la recette du Bigoo Beef. Modification qui me pousse donc à livrer dans ces pages ma chronique du Twin Beef, pour que MyBurger soit, comme toujours, le compendium du burger européen qu'il a l'ambition d'être.

Le Twin Beef est livré dans un écrin personnalisé, et de belle taille, afin de renforcer son image de burger costaud. Dedans, on découvre un bun siamois, comme Quick en a déjà proposé autrefois. J'avoue que le pain a fière allure: doré, fendu comme une bonne vieille miche d'antan, couvert de semoule sur une moitié.
Le pain abrite deux parties distinctes: la section boeuf/oignon rouge/ketchup+mayo/ salade/fromage (que je nommerai onion), l'autre section boeuf/oignon blanc/sauce salsa surprenante (sic)/salade/chester (que j'ai baptisée salsa).
Comme d'hab, tous les toppings sont jetés sur la viande, et non dessus-dessous tel que montré sur les illustrations-non-contractuelles.

Dégustation: rush de midi, mais pas de foule. On est en fin de vie pour cette promo Twin, je suis servi très vite et mon burger est chaud, cette fois.
Je traverse la Gare du Midi à grandes enjambées pour aller carrer mes fesses sur un banc au dehors. Je sors mon APN et mitraille le burger sous le regard indifférent des badauds, venus eux aussi prendre leur pause-déjeuner au grand air. Ils doivent me prendre pour un de ces doux dingues qui accumulent leurs rognures d'ongles dans des bocaux et consignent d'une écriture serrée le déroulement complet de leurs journées dans des petits carnets de cuir noir....
J'entame la moitié onion. Le pain est un peu sec, comme souvent chez Quick. Le steak, mince et grisâtre, fait triste mine, lui aussi. Les oignons rouges n'ont que peu de goût, et ne font pas le poids devant le mix mayo/ketchup, qui enrobe tout de sa saveur sucrée et doucereuse. Le fromage tient la chandelle, sans piper mot. Après 3 bouchées, je me dis que j'ai commencé par le dessert....
J'enchaîne avec la section salsa. Oui, avec la fameuse sauce surprenante. Orange Tchernobyl, elle surprend en effet. Je me dis qu'elle devrait briller dans le noir. Trève de plaisanterie: elle a un goût de sauce provençale (ratatouille, comme il est dit dans la chronique du Bigoo Beef), et se marie très bien avec les oignons blancs. Seul hic: elle prend toute la place dans ce ménage, et musèle sans merci la viande et le fromage. Et surtout, elle ne pique pas, même un petit peu.

Appréciation: Tout d'abord, parlons de la taille. Sans vouloir tomber dans la vulgarité, on peut dire que Quick nous fait le coup du "Tu la sens, ma grosse boîte?". L'emballage est imposant, mais si on y réfléchit, il abrite l'équivalent de deux Prikiki. Soudés, certes, mais pas de quoi s'affoler. Pour ce qui est de la recette, on peut dire que les deux sections sont victimes de leur sauce. Trop sucrée pour la moitié onion, trop présente (et pas assez épicée) pour la moitié salsa. Pas de place pour la viande et le fromage, un oignon rouge trop timide et un pain très joli mais un peu sec (je connais des filles comme ça), bref tout ça est déséquilibré, maladroit et décevant.
Après un joli retour en forme grâce aux AutentiQ, Quick retombe dans ses travers: burgers doubles qui ne sont pas aussi mastoc qu'on veut nous le faire croire, sauces mal composées, toppings fades, pain trop sec, viande qui joue les troisième couteaux, ce n'est pas comme ça que Quickos va redorer son blason.

Je lui donne un 11/20 désespéré.


Prix (2010) : 4,40€

Les ingrédients

- Bun blanc/semoule
- Sauce ketchup/mayo ou salsa
- Oignon rouge/oignon blanc
- Salade
- Fromage
- 2 steaks de boeuf reg
- Talon du bun

Le verdict : 11/20

Les Plus

- 2 burgers en un
- Typique du Quick

Les Moins

- Sauce envahissante ou trop sucrée
- Pain sec
- Toppings insipides
- Pas si grand que ça

Taille

Honnête

11/06/2010 à 12:13

Super chronique, très agréable à lire.

Wahid
12/06/2010 à 14:06

Très belle chronique, du grand Gropapa en tous cas ;)
[et j'vais paraître fou, mais j'aurais bien voulu l'avoir cette partie onion... car les parties Poivre ou Curry de la promo' française m'ont moyennement plu q:]

Donnez votre avis sur le Twin Beef (2010)

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !