100% Complete

Chargement de la Chronique
San Francisco

Mimix42

San Francisco Californian Burger  Californian Burger 

17 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1932_Californian_Burger_FR_San_Francisco_05.jpg 2022-11-24 Que faire après s’être levé à 3 h 30 du mat’ pour aller au boulot puis dépensé de l’argent dans un centre commercial jusqu’à 20 h passées ? Burgerer (nouveau verbe de mon cru, il le fallait bien un jour) bien sûr, et rien d’autre ! Mon jour préféré, le (...)

Décortiqué à la loupe par Mimix42 le 24/11/2022

Que faire après s’être levé à 3 h 30 du mat’ pour aller au boulot puis dépensé de l’argent dans un centre commercial jusqu’à 20 h passées ? Burgerer (nouveau verbe de mon cru, il le fallait bien un jour) bien sûr, et rien d’autre ! Mon jour préféré, le jeudi, est devenu cette fois cauchemardesque. Et pour cause : j’ai commandé chez Memphis Burger via mon habituelle application, et après une heure et demie d’attente, on m’annonce que c’est annulé. Quoi ? Hein ? Répète, pour voir… Oui, il est presque 22 h et je n’ai toujours rien mangé. J’ai mal aux pieds, et je n’ai pas le goût d’aller me préparer à bouffer !

En mode très énervé, genre Hulk puissance 1 000, ce qui ne m’arrive jamais, je vais exploser façon bombe nucléaire si je ne mange pas très vite ! Je retourne sur Uber, mais cette fois pour une autre enseigne, en l’occurrence Californian Burger (oui, on s’éloigne du Tennessee), dont les deux points de vente sont situés aux antipodes de la ville : le premier rue Dormoy, au nord, et le second au sud, quartier Badouillère, près de la fac Jean-Monnet et du centre commercial Centre Deux.

Après quelques minutes de plus que ce qui est annoncé sur mon portable (soit 5min de plus que le temps prévisionnel moyen de 15 minutes, je précise), mon repas tant attendu arrive enfin ! Ce n’est pas trop tôt, car j’ai la dalle ! Heureusement pour moi, le vidéoclip Ride it de Geri Halliwell est là pour me délasser, car je suis aussi extenué qu’énervé. Et j’espère que ce burger sera parfait.

Premier constat : cette enseigne, baptisée avec une folle originalité "Californian Burger", fait des burgers ricains, mais version halal. Euh… bon, pourquoi pas, il n’y a pas de loi qui l’interdise, mais ce n’est sans doute pas la première chose qui vient à l’esprit en parlant de burgers made in USA... Notez qu’on trouve bien des restaurants japonais halal, alors bon, va pour le bacon de dinde si besoin… À noter que le site annonce que tout est fait maison chez eux. C’est devenu une mention courante, mais je doute que ce soit le cas des buns, par exemple…


À la vue des superbes photos d’Uber Eats, je m’étais laissé tenter par le San Francisco. Ouais, je reviens aux origines, youpi ! J’en ai grand besoin !

À la livraison, le San Francisco est servi dans une boîte de format identique à celles que l’on voit dans d’autres restos comme Old Wild West ou Au Bureau, ce qui donne confiance au gros mangeur que je suis : un excellent point. Elle est très belle, en l’occurrence marron/beige, avec de petits dessins emblématiques des burgers et un bandeau pour le logo de Californian Burger, le tout en noir, ce qui lui confère un côté zen et classe. Là encore, bravo ! Quand je l’ouvre, je découvre les frites à droite, et le burger, assez massif, à gauche. Pas de papier alimentaire pour le burger cette fois. La sauce pour les frites est calée dans un coin, dans un petit pot sans couvercle. Mais le tout est beau et ça fait plaisir. Visuellement, ça en jette et m’ouvre l’appétit.

Hormis le fait qu’il soit tiède à cause du retard de livraison (pas de problème, je le passe au micro-ondes pour rectifier cela rapidement), dès la première bouchée il est fantastique et ravit immédiatement mes papilles. Il se révèle excellent sur le plan des saveurs, qui sont tout ce qu’il y a de plus californiennes (enfin, dans l’imaginaire du burger) : qui aurait cru qu’un jour je mangerais de l’avocat et du coleslaw dans un burger ? Pas déroutant pour des Franciscanais, mais encore peu courant par chez nous… Pourtant, ça passe comme une lettre à la Poste ! Le poulet mariné maison est très bien cuit, parfait en bouche. Cependant, j’aurais aimé qu’il soit coupé en morceaux, histoire qu’il ne tombe pas d’un bloc sur ma serviette et que je ne m’en mette pas plein les mains. Mais ce n’est qu’un petit détail. Quant à l’avocat en sauce, j’ai l’impression de savourer un bon guacamole, même si le rendu est très différent, en texture comme en goût. Dans le coleslaw, personnellement, je ressens plus les carottes que le chou cru et les oignons, ce qui lui apporte une légère touche de croquant et une note sucrée, toujours aussi plaisante. En revanche, j’ai trouvé les oignons très discrets, contrairement aux cornichons, qui, eux, un peu plus prononcés, donnent une force relevée au tout. En ce qui concerne la salade, je ne l’ai pas sentie du tout. Pour finir, la sauce tartare ("white", selon leur terme), finement dosée, apporte une saveur délicate sans être trop prenante, agréable en bouche.

Pour conclure, j’ai passé un agréable moment avec ce San Francisco. C’est un produit de qualité, de quantité, savoureux, et un peu moins cher que ceux de certains autres fast-foods. Je n’ai qu’une hâte : y aller dès que je passerai vers Centre Deux.


Prix (2022) : 13,90 € (avec frites, sans boisson)
Site de l’enseigne : www.californianburger.com

Les ingrédients

- bun supérieur aux graines de sésame et pavot
- sauce à l’avocat
- coleslaw
- rondelles de cornichons
- escalope de poulet marinée maison
- salade
- sauce "white"
- tranche de cheddar
- bun inférieur

Le verdict : 17/20

Les Plus

- massif à la prise en main
- original et surprenant grâce à l’avocat et au coleslaw
- bonne cuisson de l’escalope de poulet marinée
- excellente association des saveurs

Les Moins

- le poulet en un seul morceau, peu aisé à manger

Taille

Honnête

Il n'y a pas encore d'avis pour cette chronique.
N'hésitez pas, soyez le premier !

Donnez votre avis sur le San Francisco

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !