Parlez de ce que vous voulez, vous ne serez pas (trop) censuré... jeux video, actualité, sport, mode etc etc ce que vous voulez (ou presque) !
2 messages Page 1 sur 1
Certains démagogues et les médias complices semblent tout faire pour inciter à se lancer dans l'auto-entrepreneuriat et notamment dans la "restauration nomade" ( food-truck en langage administratif).

Quand cette activité nous est présentée sous l'angle économique, le coût de l'achat et aménagement du véhicule, coût matière première et marge, coûts de carburant, entretien etc du véhicule sont évalués mais jamais les travaux pour aménager un laboratoire aux normes légales pour effectuer les préparations préliminaires sur la matière première ( reception, stockage, préparations préliminaires des matières premières, cuissons, refroidissement des plats cuisinés ....)

http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/Un ... OC9500071A

Or, pour m'être lancé dans l'aventure, je connais les investissements à réaliser avant de pouvoir assembler son premier burger ( ou autre concept de street-food) sans être fermé administrativement pour non-respect des normes d'hygiène.

à la louche :
- aménagement aux normes d'un laboratoire de pré-production d'aliments destinés à commercialisation ( sol anti-dérapant, murs et plafond lessivables...) = 15 000 € ( en faisant soi même une grosse partie des travaux !)
- équipements ( plonge, centrale nettoyage, cellule refroidissement, réfrigérateurs et congélateurs, matériels de cuisson...) = 10 à 15000€
- achat et transformation d'un véhicule = mini 20 000 € ( à amortir en 5 ans)

Donc environ le double de l'investissement pour être esclav... euh, pardon... chauffeur Uber et gagner un demi smic pour 12hOO de boulot...
J'observe les burger-trucks opérant dans ma région, constate leur productivité horaire et donc peux estimer leur chiffre d'affaire; Comme moi aussi je suis de la partie, je connais leurs coûts matière première et donc leur marge brute...

La plupart auraient mieux fait de s'acheter une grosse berline et un costard !
=D>
Très belle analyse. Je suis totalement d'accord avec vous.
J'avoue que j'y ai pensé à un moment donné de ma carrière mais j'ai dû renoncer très vite à cause de ce retour sur investissement bien trop maigre. Certain parleront de rêve ou de passion abandonnée mais je pense qu'il faut savoir raison gardée avant tout investissement de ce genre.
J'ai donc préféré me lancer sur un autre projet, mais toujours autour de la cuisine.'J'organise des activités de cuisine telles que des animations culinaires d'entreprise pour apprendre à cuisiner entre collègues, des ateliers de cuisine japonaise et des ateliers de pâtisserie.
2 messages Page 1 sur 1
Nous sommes le Dim 20 Juin 21 8:41

Connexion

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron