Tous les burgers temporaires ou permanents en fonction des enseignes et pays
Murazor a écrit:"Même si on lui démontre qu'il est possible, et pas si compliqué, de se fournir en viande provenant d'élevages centrés sur le bien-être animal, le vegan restera vegan. "

L'idée est de dire : je me refuse de tuer un animal pour me nourrir. Tu as beau cajoler un boeuf toute sa vie, le masser, le nourrir et l'aimer comme un fils, au final si tu veux en faire un steak il faudra bien le trucider. Certains végétariens refusent de se nourrir de viande pour cette raison : ils refusent d'être la raison de la mise à mort d'un animal, même si ils apprécient la saveur et la texture de la viande (d'où la réorientation vers des substituts, transformés du coup, qui eux ne nécessitent pas de mise à mort).


Mais si les bœufs ne sont plus élevés pour l'alimentation humaine, cela ne signe t-il pas la fin de l'espèce ? Il n'y a jamais eu de vache ou de bœuf sauvage, en troupeau. Donc les végans ne veulent pas tuer d'animaux, mais à terme, si leur philosophie l'emporte, les animaux en question disparaitront. Donc ils les auront tués, par ricochet. :-k
Si les animaux ne doivent pas être mangés, pourquoi sont ils aussi délicieux ?
C'est pas la première fois que je vois des commentaires sur ce site disant ce que les vegans devraient faire ou pas. Laissez les à leurs assiettes, occupez vous des vôtres.


Personne n'a jamais dit ce que devait faire ou pas un vegan (il peut même faire ce qu'il veut de son cul, c'est dire mon ouverture d'esprit digne d'un libertarien).

Du reste j'ai plutôt le sentiment contraire, de voir que les vegans font pas mal de prosélytisme healthy-cool eco-responsable. C'est de bonne guerre, celle de vouloir se faire connaître et d'obtenir des facilités pratiques de vivre son choix idéologique. Pourquoi pas ?

Mais que je sache, on peut s'étonner, se moquer ou critiquer certains travers (du reste largement nés d'une récupération marketing qui y voit de nouveaux marchés) sans devoir s'excuser de les empêcher de manger ce qu'ils veulent, puisqu'on ne les empêche pas que je sache ?
Bidule a écrit:Mais si les bœufs ne sont plus élevés pour l'alimentation humaine, cela ne signe t-il pas la fin de l'espèce ? Il n'y a jamais eu de vache ou de bœuf sauvage, en troupeau. Donc les végans ne veulent pas tuer d'animaux, mais à terme, si leur philosophie l'emporte, les animaux en question disparaitront. Donc ils les auront tués, par ricochet. :-k


Tu expliques qu'on a créé une race d'animaux "exprès" pour se nourrir et ensuite tu mets la disparition de ces animaux sur le dos de ceux qui refusent de les tuer pour les manger...?
Si on ne les élèves plus pour les manger, quel est l’intérêt de les élever ? Aucun éleveur ne continuera "pour le plaisir". Donc les bœufs/vaches/cochons/moutons/poules/etc... sont condamnés à disparaitre puisqu'ils n'existent pas à l'état sauvage. Au pire, s'ils sont lâchés dans la nature et deviennent sauvages, il faudra sûrement les abattre s'ils s'attaquent aux cultures maraichères, aux champs de blé et de soja (comme on tue les loups ou les sangliers aujourd'hui) ou s'ils s'aventurent un peu trop dans les villes (comme les ours). :-k

Je me demande juste ce que vont devenir tous ces animaux d'élevages s'ils ne sont plus destinés à devenir de la nourriture.
Si les animaux ne doivent pas être mangés, pourquoi sont ils aussi délicieux ?
Les animaux en question n'ont pas été créés génétiquement hein... Le bœuf n'est pas issu des labos de Charal. Certes ils ont été au fil du temps "domestiqués", croisés de façon variable pour l'élevage, mais ils s'ne sortiraient très bien tout seuls. Et la loi de la nature étant ce qu'elle est, il y en aurait logiquement moins (ben oui, ils ont des prédateur et ne seraient pas bourrés de tout ce qu'il faut pour les nourrir avant de les abattre...). Le problème, c'est justement la notion d'élevage sur-intensif, pour une sur-consommation (et souvent aussi un gâchis monstre).

Pour je ne sais plus qui sur les vegan : je ne préjuge pas de son épouse, mais je connais bien davantage de végétarien/vegan qui viennent gueuler sur les assiettes des omnivores que l'inverse. J'en ai même connu une qui m'a tapé une crise parce qu'elle devait corriger un texte de loi concernant l'abattage. Résultat ? C'est moi qui me le suis farci car mademoiselle se sentait "au bord du malaise". Sans parler de grande scène contre le poisson dans un restaurant... Bref, y en a pour qui c'est aussi une posture. On a tous nos TCA, faut juste éviter d'en tirer une gloire.
Si je tenais le con qui a inventé le régime...
http://sansunefaute.tumblr.com/
Bidule a écrit:Si on ne les élèves plus pour les manger, quel est l’intérêt de les élever ? Aucun éleveur ne continuera "pour le plaisir". Donc les bœufs/vaches/cochons/moutons/poules/etc... sont condamnés à disparaitre puisqu'ils n'existent pas à l'état sauvage.


Pose toi la même question avec les animaux de compagnie en France. Et pose toi aussi la même avec la vache en Inde.
Quel est l'intérêt d'avoir un chat en France ? On est pas obligé d'élever ou d'avoir des animaux dans le but de les manger.

Professeur Poutraque a écrit:Dans ce cadre, je trouve que rechercher des végétaux ultratransformés pour qu'ils aient un goût proche de la viande assez navrant ou bizarre. Il y a là, complètement, un désir inavoué.


Ça ça revient souvent, et je comprends pas ce que tu trouves navrant ou bizarre. Du coup, si on suit la même logique, c'est navrant ou bizarre de boire du coca light ? Car tu désires également avoir le goût du coca sans avoir les sucres.
Tu peux très bien vouloir retrouver le goût de la viande sans vouloir cautionner un élevage ou abattage derrière.
De même, un désir inavoué ? Comment ça inavoué ? Je connais pas mal de gens végétariens qui aiment la viande mais se refuse d'en manger. Et ils le disent ouvertement, il n'y a pas d'inavoué. Et ils retrouvent ce plaisir avec ce genre de patties.


Bref, je rejoins Ez3kiel, à chaque fois qu'on présente un produit comme ça, ça part en grands discours. Laissez les gens tranquilles, ils mangent ce qu'ils veulent.
Ça ça revient souvent, et je comprends pas ce que tu trouves navrant ou bizarre. Du coup, si on suit la même logique, c'est navrant ou bizarre de boire du coca light ? Car tu désires également avoir le goût du coca sans avoir les sucres.
Tu peux très bien vouloir retrouver le goût de la viande sans vouloir cautionner un élevage ou abattage derrière.
De même, un désir inavoué ? Comment ça inavoué ? Je connais pas mal de gens végétariens qui aiment la viande mais se refuse d'en manger. Et ils le disent ouvertement, il n'y a pas d'inavoué. Et ils retrouvent ce plaisir avec ce genre de patties.



Ok, cela peut-être totalement avoué, soit.

L'argument sur le coca light ne me ne convient pas. Au-delà du caractère transformé du produit dès la base,celui qui boit du coca light ne veut tout simplement pas grossir, il cherche le beurre et l'argent du beurre, mais il ne cherche pas à trouver le goût de l'eau de source dans un produit chimique et transformé, il n'inscrit pas davantage sa consommation habituelle dans une démarche citoyenne ou, si cela est un peu fort, personnelle.

J'ai la conviction qu'être vegan sous-tend quand même une défiance (pas illégitime du reste) vis-à-vis des processus d’industrialisation de la production alimentaire, des scandales et des dérives, doublée peut être d'une volonté de se faire du bien. Je suis simplement surpris que des industriels, vis à vis de cette clientèle, cherchent non pas seulement à faire un steak vegan (c'est le minimum), mais qu'il ait un goût de viande, que j'imagine (mais j'ai peut être tort) tout sauf naturel, et qu'ils puissent trouver acquéreur. Et je trouve cela étrange, comme si, mangeant une batavia, j'étais submergé de goût de bavette... Que l'on veuille retrouver le goût de la viande sans vouloir cautionner un élevage ou un abattage à la dérive derrière, je le comprends pour en être des premiers ! Que l'on veuille le goût de la viande sans la viande parce qu'on veut exclure la viande de la consommation, je trouve cela étrange. On s'interdit la consommation d'animaux, les produit issus des animaux, de leur exploitation ou qui ont été testé sur eux, mais pas d'en retrouver la saveur de la chair... J'y vois une quadrature du cercle, mais trouver cela étrange ne revient pas à vouloir interdire.


Bref, je rejoins Ez3kiel, à chaque fois qu'on présente un produit comme ça, ça part en grands discours. Laissez les gens tranquilles, ils mangent ce qu'ils veulent.


Encore une fois, c'est extraordinaire que l'on fasse le reproche d'un grand discours sur une interrogation que je trouve intéressante et pas moins légitime qu'une autre. D'où j'empêche un vegan de manger vegan, tu peux me le dire ? Qu'un vegan s'exaspère parce que pour la 100e fois on se fout de sa gueule de ce qu'il bouffe, je le soutiens à 110 %. Mais que je ne puisse pas m'interroger sous prétexte que je l'empêcherai de jouir de la vie, c'est quand même fort. Les grands discours, ici, ce n'est pas moi qui les ponds. Cela te fait simplement chier que ces produits en déroutent certains. So what ?

D'autant que je rejoins Ed Warner : ce discours consistant à m'emmerder pour ce que je bouffe m'est, me concernant, venu des vegans et non l'inverse (surtout quand je mange fast-food ou foie gras). Mais nous n'avons peut être pas fréquenté les même sphères (nous sommes provinciaux...).
bixouille a écrit:Pose toi la même question avec les animaux de compagnie en France. Et pose toi aussi la même avec la vache en Inde.
Quel est l'intérêt d'avoir un chat en France ? On est pas obligé d'élever ou d'avoir des animaux dans le but de les manger.


Désolé, mais la comparaison avec la situation des vaches en Inde ne tient pas : elles sont sacrées, c'est culturel (et totalement stupide, mais sûrement parce que je suis athée). Sans cela, crois tu que les hindous s'en soucieraient ?

Pour les animaux de compagnie, dans certains pays, ils sont considérés comme de la nourriture. D'ailleurs, les animaux de compagnie peuvent très bien être considérés comme exploités par l'Homme (pour l'affection sans bornes des chiens ou les ronrons des chats). Donc pas végan.

Quid des hordes de vaches/bœufs/moutons/poules/cochons/chiens/chats/autres revenues à l'état sauvage qui détruiront les champs et les récoltes de blé/soja/carottes/etc... et éradiqueront les populations de moineaux et autres musaraignes... ? Même s'ils sont moins nombreux que dans les élevages intensifs ou dans les maisons, ils seront présents. Ils devront se nourrir malgré tout, et comme ils ne maîtrisent pas l'agriculture et l'élevage de musaraignes...

C'est sûrement une démonstration par l'absurde, mais si tout le monde devient végan et vit de plus en plus vieux, on sera de plus en plus nombreux, il faudra plus de terres pour cultiver les fruits/légumes/céréales nécessaires aux +100 millions de français, et il faudra alors se résoudre soit à partager avec les ex-animaux d'élevage (même s'ils sont moins nombreux), soit les supprimer (ou les éloigner, mais où ?).

Mais je suis surpris par la quantité d'énergie contenue dans cet Impossible Whopper. Comme dit plus haut, c'est pas forcément plus sain parce que c'est végan.
Si les animaux ne doivent pas être mangés, pourquoi sont ils aussi délicieux ?
Coming soon ? Herta appartient à Nestlé (qui produit ce "steak) donc ça ne me surprendrait pas de le voir arriver sous peu.
Image

D'ailleurs il me semblait que le terme steak était interdir pour les produits à base de végétaux....
Ça doit normalement être dans la loi Agriculture et Alimentation de novembre 2018 suite à l'adoption de cet amendement :

Image
Si les animaux ne doivent pas être mangés, pourquoi sont ils aussi délicieux ?
Merci. :) Donc ils devront changer le nom.
L'emballage est peut-être pour le marché francophone hors de France. :-k
Si les animaux ne doivent pas être mangés, pourquoi sont ils aussi délicieux ?
Professeur Poutraque a écrit:L'argument sur le coca light ne me ne convient pas. Au-delà du caractère transformé du produit dès la base,celui qui boit du coca light ne veut tout simplement pas grossir,


Euh, pas forcément. Moi je bois du Coca Zero ou du Pepsi Max parce que je trouve le goût du produit d'origine trop sucré. Ce n'est absolument pas pour les calories.
Sinon, j'ai pas encore tout lu, mais j'ai comme une vague (ahahah) impression de déjà-vu. On a déjà écoulé le délai légal depuis la dernière discussion-pugilat sur les vegans et sur ce que certains leur reprochent sans jamais écouter les arguments qui vont à l'encontre de leurs préjugés ? :twisted:
Quant à la disparition peu probable des vaches, cochons et autres moutons... Déjà, ce n'est qu'une poignée d'espèces (modifiées par l'homme par sélection), si leur disparition permettait d'en sauver des millions d'autres qui elles ont leur place dans l’écosystème, ça ne serait peut-être pas une énorme catastrophe. D'autant plus que pour certaines, leurs ancêtres sauvages existent encore et en bénéficierait sans doute.
Par ailleurs, je doute fortement que même si tout le monde devenait vegan, elles disparaîtraient toutes. Il y en aurait sans doute pas mal qui finiraient par établir des populations retournées à l'état sauvage.
Et il est fort probable qu'on ne serait pas si vegan que cela et que beaucoup d'espèces trouveraient une autre utilité que leur viande. Débroussaillage, travaux agricoles (bah, ouais, quand on n'aura plus de pétrole, un cheval de trait ou un boeuf, c'est cool), oeufs et laine, loisirs, production d'engrais naturels quasi indispensables pour certaines cultures, etc....


Bidule a écrit:C'est sûrement une démonstration par l'absurde, mais si tout le monde devient végan et vit de plus en plus vieux, on sera de plus en plus nombreux, il faudra plus de terres pour cultiver les fruits/légumes/céréales nécessaires aux +100 millions de français,


Je suis toujours surprise par cet argument, assez classique dans ce genre de débat. Oui, en ne mangeant que des produits d'origine végétale, il faut forcément un peu plus de place pour les produire (quoique... Avec la permaculture, peut-être bien qu'il faut en fait moins de place...). MAIS comme il n'y a plus de produit animal consommé, et bien, il n'y a plus besoin de nourrir ces animaux de leur naissance à leur mort, et donc cela économise énormément de ressources en place et en eau. Au final, le bilan est largement positif.
Nous sommes le Jeu 12 Déc 19 13:13

Connexion

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité