100% Complete

Chargement de la Recette
Cheap Deluxe

Boulugre

Cheap Deluxe Burger Maison - Recette  Burger Maison - Recette 

13 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_789_recette_burger_FR_cheap_deluxe_22.jpg 2010-01-19 Comme annoncé par le nom de mon burger, j’ai tenté (avec des ingrédients de la vie de tous les jours et pour une somme modique) de proposer pour le Concours Homemade 7 – Burger de Noël une recette qui donnerait une petite illusion de luxe (...)

Recette concoctée par Boulugre le 19/01/2010

Concours "Burger de Noël"

Cheap Deluxe est l'une des 7 recettes réalisées pour le concours HOMEMADE BURGER 7 - Burger de Noël

Comme annoncé par le nom de mon burger, j’ai tenté (avec des ingrédients de la vie de tous les jours et pour une somme modique) de proposer pour le Concours Homemade 7 – Burger de Noël une recette qui donnerait une petite illusion de luxe pour pas cher.
Il n’y aura rien d’extraordinaire dedans, ni foie gras, ni saumon, ni homard, ni chapon, mais ce sera simplement joli et bon. Les ingrédients n’étant pas folichons, voire triviaux, c’est sur la présentation que je vais me rattraper. Nous allons donc trouver un patty mariné, dans lequel le fromage aura été incorporé, un rösti maison, une sauce épaisse, et des buns quelque peu inattendus.

Ingrédients :

Pour le patty :
- boulettes de bœuf surgelées
- emmental râpé
- 1 cuillère à soupe de pâté de campagne
- 1 branche de céleri
- sel, poivre, ail déshydraté

Pour la marinade :
- vin de table rouge
- vinaigre
- échalotes
- herbes
- poivre

Pour les buns :
- rouleau de pâte feuilletée toute prête
- emmental râpé

Pour le rösti :
- 1 pomme de terre
- 1/2 oignon
- 1 branche de côte de bettes
- 2 œufs
- de la fécule de pomme de terre

Pour la sauce :
- 5 cl de lait
- 1 grosse cuillère de soupe aux champignons déshydratée
- du fromage frais aux herbes

Pour le side :
- 1 petite carotte
- 1 petit poireau
- 1 petite courgette
- 1 petit poivron rouge
- du sel, du poivre, de l’huile, et de la sauce soja

Le patty est reconstitué à partir de boulettes de viande surgelées premier prix auxquelles j’adjoins de l’ail, du céleri émincé et de l’emmental râpé, sans oublier une pointe de pâté de campagne, comme dans la recette russe des "kotlets". J’obtiens une sorte de steak tartare d’assez belle allure. Pour un peu je l’avalerais tout cru !

La marinade consiste en un mélange de vin rouge de table avec une goutte de vinaigre, de poivre, d’échalotes et de fines herbes. Le patty va y tremper deux bonnes heures au frais.

Pour le rösti, je commence par râper la pomme de terre, et autant vous dire que ça muscle les poignets ! Après quelques heures d’efforts et quelques doigts réduits à l’état de moignons, j’obtiens une bouillie qu’il faut presser avec vigueur afin d’en expurger toute l’eau. J’ajoute l’oignon et la côte de bette, puis 2 œufs. Le mélange final évoque vaguement le vomi de tortue. Mais, ô surprise ! après quelques minutes à feu vif le rösti prend de la prestance, se rapprochant d’un okonomiyaki.

Constituer des buns avec de la pâte feuilletée, voilà une hérésie qui va en défriser certains. Tant pis, je tente le coup en éclaireur, en espérant que ça va le faire. Je découpe plusieurs disques de pâte en m’aidant d’un cd, et je les superpose en intercalant de l’emmental râpé. Au four à 180°C, ça devient tout de suite assez intéressant. J’en suis fort surpris, moi qui m’attends toujours à l’échec. Je profite de ce bref répit (environ 10/15 minutes, en surveillant) pour préparer le side : une petite julienne de légumes saisie à feu vif. Ça nous changera un peu des frites, et de toute façon il y a déjà de la pomme de terre dans le rösti.

Pour la sauce, je verse un peu de lait dans une poêle à feu moyen, puis une grosse cuillère de soupe aux champignons déshydratée, et une bonne dose de fromage frais. À ma grande surprise le mélange épaissit monstrueusement, se changeant en moins d’une minute en une épaisse béchamel.

Après, il faut faire vite pour l’assemblage : je sors les buns du four en me brûlant au troisième degré, je balance le patty sur le feuilleté inférieur, je découpe le rösti à l’emporte-pièce pendant que la sauce réchauffe au micro-ondes, j’empile le tout, et voilà ! Jamais un burger ne m’aura fait autant transpirer... Maintenant, à vous de juger.

Phase dégustation :
Première chose : il sent vraiment très bon, ce petit Jésus-là ! Comme une pizza qui sortirait du four... Les effluves sont riches, complexes et déroutants, mais extérieurement on dirait bien un burger, pas de problème.
La première bouchée est tout de même bien insolite, car la sensation est totalement inusitée : la pâte feuilletée est croustillante en surface et moelleuse à cœur grâce à l’emmental, puis les dents rencontrent à nouveau du croustillant avec le rösti, puis à nouveau du mou, puis... Bref, une sensation dur/mou/dur/mou/dur bien improbable qui surprend le mufle avant même que la première saveur ne s’affirme. On a vraiment l’impression de mordre dans plusieurs friands à la viande superposés, vous savez, ces espèces de feuilletés remplis d’une "farce" de très basse extraction dont seuls les enfants raffolent (un exploit que j’accomplissais souvent à la cantine !).

Mais la comparaison va vite tourner court, car les papilles s’enflamment au contact du patty. Et là je vais passer par bien des transports. Ce patty-là est une véritable symphonie, âpre mais tendre, nerveux mais subtil, long en bouche, gouleyant, enfin bref une réussite, quoi. Je n’ai jamais mangé un truc pareil. L’alliance bœuf + pâté de campagne + vin lui donne un caractère inouï, l’ail et le poivre se réveillent à la deuxième mastication, l’emmental incorporé est surprenant (fondant dans le cœur mais croustillant en surface)... C’est de l’inédit, du jamais goûté en ce qui me concerne. Le patty en marinade, désormais je sais que ça le fait !

Par contre, le rösti se la joue discret au goût. Sa consistance est bien présente, mais il pourrait être à base de n’importe quoi, car la saveur de pomme de terre passe à la trappe. Dommage... La sauce elle aussi peine à s’affirmer, on jurerait une simple béchamel. Je la goûte toute seule : elle assure, et les champignons sont bien présents. Décidément, ce patty est trop fort en gueule et empêche les autres ingrédients de s’exprimer.

Le bol de sauce à discrétion et le side veggie s’avèrent être une bonne idée, l’on peut ainsi ajouter liant et petites notes croquantes et sucrées à volonté.

J’avais quelques appréhensions concernant l’aridité potentielle du bébé (pâte feuilletée, sauce un peu épaisse, pas de fromage fondant), pourtant il a glissé dans mon gosier comme un œuf dans celui d’un boa. Et comme tout plat de fête dont on abuse, je me suis trouvé quelque peu indisposé, mais ça je m’y attendais...

Les ingrédients

- bun supérieur feuilleté fourré à l’emmental
- sauce aux champignons
- rösti maison (60 % pomme de terre, 20 % oignon, 20 % blette)
- patty de bœuf préparé et mariné maison
- bun inférieur feuilleté fourré à l’emmental

Sides :
- julienne de petits légumes (poireau, carotte, courgette, poivron rouge)
- sauce aux champignons

Le verdict : 13/20

Les Plus

- saveur et consistance surprenantes
- pas sec pour un sou

Les Moins

- vite écœurant
- patty pas suffisamment affirmé
- préparation harassante

Taille

Honnête

Cheap Deluxe Burger Maison - Recette
3 Moyenne des 1 votants :
 17 / 20   http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_789_recette_burger_FR_cheap_deluxe_22.jpg
Ez3kiel
19/01/2010 à 21:08

Dommage qu'il n'y ai pas de photo du burger entamé, sinon c'est du tout bon, chronique comme recette.

26/01/2010 à 10:57

Original la pate feuilleté a la place des buns! Tu essaira avec la pate brisée la prochaine fois^^

27/05/2011 à 19:32  17 / 20  

J'ai adoré le bun en pâte feuilletée. Je n'utilise pas assez cet ingrédient, mais je devrai y penser plus souvent!

Donnez votre avis sur le Cheap Deluxe

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la recette via FaceBook !