100% Complete

Chargement de la Recette
Le Campagnard

Mimix42

Le Campagnard Burger Maison - Recette  Burger Maison - Recette 

17 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1987_recette_burger_maison_FR_le_campagnard_10.jpg 2024-01-11 Meilleurs vœux à tous pour 2024 ! Et comment bien débuter ? Exit les raclettes et fondues, qui tombent trop sur l’estomac et tiennent un peu trop sur le ventre, là, j’ai besoin d’un plat costaud mais moins grassouillet, que je cuisinerais moi-même de A à Z ! (...)

Recette concoctée par Mimix42 le 11/01/2024

Meilleurs vœux à tous pour 2024 ! Et comment bien débuter ? Exit les raclettes et fondues, qui tombent trop sur l’estomac et tiennent un peu trop sur le ventre, là, j’ai besoin d’un plat costaud mais moins grassouillet, que je cuisinerais moi-même de A à Z ! Vu que j’adore la campagne, je trouve mon inspiration au cœur d’un hameau de Usson-en-Forez, qui est mon antre secret, là où je me ressource quand tout va mal. Et le burger étant mon plat favori, il s’appellera : Le Campagnard. Je ne me prends pas la tête et c’est tant mieux comme ça !

Je veux un burger consistant mais doux en bouche. Il va me changer de tout ce que j’ai mangé dans mes aventures burgesques plus "exotiques" et dans les dîners de fêtes.

Pendant la préparation, j’écoute Give me love de Cerrone, Free de Ultra Naté, Elle de Eve Angeli, Océan de Thierry Cham et Ride It de Geri Halliwell.

Vu que j’ai un peu de temps devant moi, je vais réaliser mes buns moi-même. Pour ce faire : 350 g de farine, 200 ml de lait, un sachet de levure de boulanger, une pincée de sel et 25 g de beurre ramolli. Je mélange le tout au robot pâtissier avec l’ustensile pétrin, cinq minutes pas plus, histoire de ne pas se prendre la tête. J’étale ensuite la pâte. Bon, je n’ai plus de rouleau à pâtisserie, alors j’espère que le résultat me satisfera quand même ! C’est le cas de le dire : je suis dans le pétrin… Je découpe le pâton en quatre, et je façonne en appuyant un peu, afin d’obtenir la forme des buns. J’humidifie légèrement la pâte, puis j’enfourne pendant dix minutes, pas plus, sinon le pain risque d’être doré mais dur sous la dent.

En parallèle, je fais cuire les steaks hachés durant dix minutes à feu moyen dans de l’huile d’olive (les puristes peuvent hurler autant qu’ils veulent, c’est mon choix). Cinq minutes avant la fin du temps de cuisson, je dépose du gouda sur les viandes, et des girolles dans la poêle. Je n’ajoute ni sel ni poivre.

À côté, je réalise une sauce blanche, composée d’un yaourt à la grecque, d’une cuillère à soupe de crème épaisse, d’une cuillère à café de moutarde, et de ciboulette. Le tour est joué ! J’obtiens une sauce rapide, crémeuse et savoureuse, qui reste douce au palais. C’est ce que je voulais !

À la sortie du four, je ne suis pas peu fier, les buns sont superbes ! Ne reste plus qu’à les garnir. Je découpe chaque bun délicatement, pour ne pas les écraser, je dépose sur le pain inférieur la sauce, puis le steak, des champignons, une rondelle de tomate, et je referme le tout en stabilisant le montage avec un ou deux cure-dents.

En bouche, le pain est craquant, chaud, rustique, ce qui change des buns moelleux et aériens que l’on rencontre habituellement. Cela ne me déplaît pas et démontre qu’il y a autre chose, pour les burgers, que les buns briochés ! Et ça, c’est bon à savoir pour mes recettes futures !

En ce qui concerne le steak, il est tellement énorme que, tout comme la prise en main du burger, je me demande comment je vais faire pour manger ça. Il est fondant en bouche, c’est divin ! Normal, il vient de chez Maison Didier. Le fromage, timide, n’a pas assez de caractère et laisse la viande prendre toute son ampleur en bouche. C’est presque déroutant d’ailleurs… Quant aux girolles, elles révèlent une saveur de sous-bois, aussi discrète que le gouda, qui, bien dosée, est aussi sympathique en bouche.

Pour info, j’ai essayé ce burger en deux versions : avec et sans salade. Avec, elle a apporté un croquant certes, mais pour une fois, je la trouve dispensable dans un burger de ce profil. Sans, j’ai trouvé le résultat nettement meilleur, ou disons plus en adéquation avec mon but, car je voulais que la viande prenne le dessus.

Bref, je voulais un plat consistant mais simple, qui change des montages typés voire torturés des burgers que j’ai l’habitude de prendre. Le pari est réussi avec Le Campagnard : doux, viandu tout simplement, rustique, il me ravit.

Les ingrédients

- bun supérieur lisse fait maison
- rondelle de tomate
- salade (facultatif)
- girolles
- tranche de gouda
- steak haché façon bouchère
- sauce blanche faite maison
- bun inférieur fait maison

Le verdict : 17/20

Les Plus

- buns maison craquants et moelleux, ça change
- burger massif et goûteux
- steak délicieux (même sans assaisonnement)
- bonne sauce blanche, simple et fraîche
- fromage qui lie sans s’imposer
- des girolles
- cale bien l’estomac

Les Moins

- burger qui ne prend pas de risques avec les saveurs
- sauce blanche et gouda assez timides

Taille

Honnête

Il n'y a pas encore d'avis pour cette chronique.
N'hésitez pas, soyez le premier !

Donnez votre avis sur le Le Campagnard

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la recette via FaceBook !