100% Complete

Chargement de la Chronique
Master Auvergnat Rösti

Michaek

Master Auvergnat Rösti Burger King  Burger King 

14 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1878_burger_king_FR_master_rosti_auvergnat_04.jpg 2021-01-07 Avec l’hiver arrive la saison des burgers à base de fromage. Si Mc Donald’s a choisi pour sa gamme Signature l’Abondance, Burger King a lui voté en faveur de la fourme d’Ambert pour son burger de la gamme Master, d’où ce Master Auvergnat, en rapport (...)

Décortiqué à la loupe par Michaek le 07/01/2021

Avec l’hiver arrive la saison des burgers à base de fromage. Si Mc Donald’s a choisi pour sa gamme Signature l’Abondance, Burger King a lui voté en faveur de la fourme d’Ambert pour son burger de la gamme Master, d’où ce Master Auvergnat, en rapport avec l’origine du fromage AOP présent dans le burger (pour ceux qui n’auraient pas suivi au fond de la salle).

L’enseigne a décliné cette recette en deux versions : l’une avec un rösti et l’autre sans, et c’est vers la version la plus complète que je me suis dirigé (vous me connaissez…). En plus de la fourme d’Ambert, et du rösti dans mon cas, le burger propose du bacon, des oignons frits, des oignons caramélisés, des rondelles de cornichon, un steak de viande de bœuf race charolaise de 150 g, le tout enveloppé par une sauce à la moutarde à l’ancienne et un bun brioché lisse, sans aucune graine. Oui, cela fait du monde.

Avant de me rendre dans mon restaurant pour tester cette nouveauté, je me renseigne sur leur site et, là, première surprise : la version rösti coute 2 € de plus que la version Master Auvergnat simple, soit tout simplement le même prix qu’un steak supplémentaire de 150 g pour une galette de 100 g de pomme de terre (le cours de la patate vient de monter en flèche, sans doute). Ce qui vous donne donc un menu medium à 11,70 € pour le Master Auvergnat et 13,70 € pour le Master Rösti Auvergnat. Étant donné que je remplace toujours les frites par des King Fries cheese & bacon, cela me fait une note s’élevant à 14,70 € pour un seul menu ! Soit le prix de 3 menus King Deal dans la même enseigne, ou encore 2 menus Big King… Il n’y a pas que le steak qui a un goût de grillé, là.

Je jette aussi un coup d’œil aux informations nutritionnelles, et le Master Rösti Auvergnat apporte 1 233 kcal, pour un poids d’environ 414 g. Plus de 60 % des besoins journaliers recommandés, sans parler des matières grasses, où on atteint 110 % (et même 127 % pour les acides gras saturés). Associé à des King Fries (mais bon, là, c’est moi, hein…), cela explose tout : on passe pour les matières grasses à 148 % (176 % pour les acides gras), 123 % pour les protéines et 110 % pour le sel. Autant vous dire qu’il vaut mieux éviter de répéter plusieurs fois dans la semaine ce type de repas. J’en termine avec votre (et ma) culpabilisation, et j’en viens au produit.

Après m’être acquitté de la douloureuse et avoir fait le trajet jusqu’à mon domicile, je peux enfin attaquer cette nouveauté. Le burger a le droit, comme les autres Masters, à une boîte en carton ainsi qu’à un papier qui l’enveloppe partiellement et a pour but de pouvoir manger le burger sans se salir les doigts. Pas mon truc, je l’enlèverai donc pour la dégustation.

Tout d’abord, regardons l’aspect du burger avant de l’amputer d’un croc : on peut tout de même reconnaître qu’il a une belle tête, pas un seul ingrédient qui essaye de se faire la malle, cependant il semble manquer les rondelles de cornichon. Oubli ou rupture de stock, je ne le saurai jamais. Le truc qui m’interpelle, c’est que le contenu du burger est bien visible, et d’une bonne épaisseur, pas très loin de ce que l’on peut observer sur le visuel promotionnel. Je dis cela car j’ai repensé au Blue Cheese & Bacon que nous avait chroniqué Sanandreas, et que j’avais pu tester aussi, dans la gamme Signature de McDonald’s, et j’avais eu un burger tout aplati, avec le contenu qui était à moitié à l’extérieur du bun.

Bon, après avoir fini d’inspecter mon burger, j’attaque la dégustation. Le burger étant bien assemblé, j’ai tout de suite la bouchée parfaite, avec tous les ingrédients, et l’ensemble est cohérent. J’avais peur qu’un ingrédient ne prenne le dessus, comme la sauce à base de moutarde à l’ancienne, mais en fait non. D’ailleurs, concernant cette sauce, c’est plutôt une déception, car ayant l’habitude de la moutarde à l’ancienne dans le Suprême ClassiQ (oui, je sais, j’en parle presque à chacune de mes chroniques, mais j’adore ce burger), où elle est bien présente, là c’est tout l’inverse : ce n’est pas de la moutarde à l’ancienne mais une sauce (sûrement une base mayonnaise) qui contient de la moutarde à l’ancienne. Déception donc, mais qui je pense permet une meilleure harmonie avec le reste de la recette. Parlons maintenant d’un des deux ingrédients principaux : le fromage. Il est en quantité suffisante, mais la fourme d’Ambert n’est pas le fromage à pâte persillé le plus fort en goût, rien à voir avec un bleu ou un roquefort par exemple. Certes il est présent, mais sans prendre le dessus. Second élément principal, le rösti. Oui, cette galette de pomme de terre sur laquelle j’ai pesté sur le forum et sur les réseaux sociaux de Burger King, car elle ajoute 2 € au prix du burger… Eh bien je dois avouer qu’il m’a agréablement surpris. En effet, ici, à la différence de ce que l’on peut avoir habituellement dans les burgers, le rösti est constitué de pomme de terre beaucoup plus finement râpée, et je pense qu’il inclut également de petits morceaux de fromage (que l’on peut apercevoir sur une des photos), donc rien à voir avec les "rösti" que l’on peut trouver dans le commerce sous la marque McCain (aussi appelé "Potato Toast" dans les conditionnements pour professionnels). Je ne suis pas expert du sujet, mais je pense qu’on tient là une recette assez proche du rösti traditionnel suisse. En tout cas, j’ai bien aimé.

Pour le reste des ingrédients, on retrouve le bacon, qui semble exaspérer beaucoup de clients car bien trop souvent présent dans les recettes de l’enseigne (pour ma part cela me gêne pas du tout car j’aime bien ça), et les oignons. Je pense que ces derniers sont les seuls ingrédients qui ont pris un peu plus le dessus sur les autres, mais cela reste contenu. J’allais presque l’oublier : le steak de viande de bœuf race charolaise… Évidemment moins sec que les patties plus fins façon semelle, mais rien de transcendant. Avec une cuisson à cœur et grillé à la flamme, détecter une différence de goût par rapport à une autre viande s’avère délicat.

Finalement donc, une recette plutôt bien équilibrée entre les différents ingrédients, peut-être même trop équilibrée : le burger est très bon et se laisse facilement manger, mais il lui manque le petit truc en plus pour passer de "très bon" à "excellent". Peut-être le fromage, trop discret pour moi, mais ce n’est pas la faute de Burger King, sinon celle du fromage, pas assez fort. Dommage pour les rondelles de cornichons : même si j’étais sceptique concernant leur présence avec les autres ingrédients, j’aurais bien aimé voir si cela n’aurait pas ajouté un peu de peps avec leur acidité. D’ailleurs, je les avais bien aimées dans le Cheese Lover Raclette Potato qu’on avait eu début 2020. En revanche, à quasiment 14 € le menu et plus de 11 € le burger seul, cela fait faire un bond, tout autant qu’en regardant les valeurs nutritionnelles (le seul burger qui le dépasse sur la carte, c’est le Master Double Cantal, avec 1 257 kcal). Heureusement, avec de telles valeurs nutritionnelles et un tel prix, le burger cale plutôt bien.


Prix (2021) : 11,20 € (burger seul), 13,70 € (menu medium)
Poids : 414 g
Calories : 1 233 kcal

Les ingrédients

- bun supérieur lisse brioché
- sauce à la moutarde à l’ancienne
- oignons caramélisés
- oignons frits
- tranches de bacon fumé
- rondelles de cornichons
- rösti
- fourme d’Ambert AOP
- patty de bœuf charolais (150 g)
- bun inférieur

Le verdict : 14/20

Les Plus

- recette bien équilibrée
- burger bien réalisé
- rösti très bon

Les Moins

- recette trop équilibrée
- fourme d’Ambert pas assez puissante en goût
- cher
- bombe nutritionnelle

Taille

Honnête

EdWarner
14/01/2021 à 20:15

Certes c'est une bombe aussi financière que calorique, mais il faut leur reconnaître qu'ils ne trichent (pas trop) sur les visuels, et ce, pour l'expérience que j'en ai, sur tous les burgers, même ceux qui n'arrachent pas autant la CB. On parie qu'ils vont nous le faire déclinaison raclette/fondue/Neufchâtel (soyons fous) ?

Donnez votre avis sur le Master Auvergnat Rösti

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !