100% Complete

Chargement de la Chronique
Master Double Cantal

DjoDjo

Master Double Cantal Burger King  Burger King 

15 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1855_Burger_King_FR_Master_Double_Cantal_11.jpg 2020-03-13 Rentrant chez moi d’un rendez-vous professionnel, je passais devant mon Burger King, et soudain j’ai été pris d’une étrange envie de gras. Oui, je suis quelqu’un de très facile à avoir. Surtout quand il est quasiment 15 h et que je n’ai qu’un simple café dans (...)

Décortiqué à la loupe par DjoDjo le 13/03/2020

Rentrant chez moi d’un rendez-vous professionnel, je passais devant mon Burger King, et soudain j’ai été pris d’une étrange envie de gras. Oui, je suis quelqu’un de très facile à avoir. Surtout quand il est quasiment 15 h et que je n’ai qu’un simple café dans le ventre…

En réalité, c’est le fait qu’il soit justement 15 h qui m’a poussé à m’arrêter, sachant qu’à cette heure-là, il n’y a généralement personne et que les burgers sont préparés à la commande. Avoir à l’esprit un burger fait rien que pour moi m’enchantait tellement les papilles que je décidai de poser la voiture sur le parking et d’aller commander à la borne, histoire d’avoir une certaine réflexion sur ma future proie.

D’habitude, je ne réfléchis pas excessivement longtemps, je suis plutôt Big King XXL ou autre Steakhouse. Seulement voilà, je remarque un burger que je n’avais pas vu auparavant, aucune campagne à l’horizon, du moins dans le restaurant. Je m’attarde un peu dessus : il s’agit du Master Double Cantal. HowToEat en avait eu une version, peut-être test, en août 2019, mais j’ai le dernier format sous les yeux.

Pourquoi Master ? Sûrement parce qu’il y a deux gros steaks de viande charolaise certifiée. Pourquoi Cantal ? Sûrement grâce à ces deux jolies grosses tranches de fromage de Cantal. Je vois qu’ils le proposent avec des oignons caramélisés et frits, il ne m’en faut pas plus pour le commander quasiment instantanément. Quasiment, car à plus de 10 euros le burger, en fast-food, il y a toujours une petite hésitation.

Je suis ce genre de personnes qui, 9 fois sur 10, personnalisent leur burger afin de profiter d’un burger tout chaud et assemblé exclusivement pour eux. Avantage que chez les concurrents il n’y a pas. Ah, si, pardon, vous pouvez le personnaliser en enlevant des ingrédients, ce qui pour ma part est infaisable. Ce segment de texte est réservé au plus de 18 ans, merci : Je n’ai pas de point faible dans les burgers et les cornichons, pour ma part, me donnent des frissons de plaisir quand je tombe dessus. Bref, en gros, là je peux en ajouter à loisir. Ici, je ne l’ai pas fait, le burger étant déjà assez généreux.

Ce segment de texte est réservé au plus de 18 ans, merci : La borne de commande, sentant mes doigts trembler d’excitation, me suggère d’autres produits. Elle le sait que, dans cet instant fatidique, je suis faible et sans défenses, et elle ose profiter de moi ! Sale machine. J’accepte donc tous ses défis, et me retrouve, en plus de mon Master Double Cantal, avec un Crispy Chicken (que je ne chroniquerai pas, car je l’ai mangé sur la route, désolé) et ces Chili Cheese Nuggets que j’apprécie tant.

De retour à la maison, je déballe mon sac et sort la fameuse boîte à laquelle j’ai tant porté attention pendant le retour. Je tombe nez à nez avec une boîte marron clair spécial Master, qui implique donc le Cantal et un autre, le Bacon Grill, lui aussi proposé en format automatiquement en format simple et double.

À l’ouverture, ce doux fumet de grillé que le King sait si bien faire chatouille mon odorat. Le burger est présenté dans un papier alimentaire sur une moitié, histoire d’apercevoir ce qui nous attend. Et franchement, ça à de la gueule, ça fait soigné, et j’aime bien. Le visuel est vraiment pas mal !

On remarque directement les deux gros steaks bien grillés et une immense tranche de fromage qui, pour une fois, est bel et bien visible (en fait, il en a deux, mais elles ont fusionné à la cuisson), et surtout ces jolis pains briochés de type shiny.

Quand j’ouvre la bête en deux, je distingue, sous une forêt de roquette, de la sauce moutarde à l’ancienne, comme prévu, ainsi que quelques oignons caramélisés. Mais, où sont mes oignons frits ? Je les cherche mais ne les voit pas, dommage. Ah si, ils sont bien là, mais en quantité microscopique et en brisures dans la sauce. Tout va bien, ou presque.

Au niveau goût, dès la première bouchée on sent beaucoup la viande grillée. Déjà que j’aime beaucoup la viande normale du King, là, avec cette viande charolaise, c’est un vrai régal ! Les steaks sont vraiment de bonne qualité, et en quantité ! C’est le fil conducteur du burger. Le fromage, bien qu’en quantité suffisante, se fait relativement discret, on le distingue à peine gustativement. Je l’ai goûté à part, et effectivement il est très doux. La sauce, qui aurait dû être à base de moutarde à l’ancienne, est décevante. Certes bonne, car onctueuse, elle n’offre malheureusement aucun goût de moutarde à l’ancienne au palais.

Les oignons quant à eux sont très fondants, mais pas très goûtus non plus. La roquette apporte sa fraîcheur et son petit goût bien sympathique, comparée à de la simple iceberg. Et, après 10 minutes de trajet, elle a très bien tenu le coup. En fait, à la moitié du bestiau je réalise que c’est sûrement la viande, qui elle est très prononcée, qui cacherait les autres ingrédients, de bonne qualité mais malheureusement trop "doux" pour tenir sous le poids des steaks. Peut-être qu’en version simple le combo se serait plus fait ressentir.

Les buns sont quand à eux simples et efficaces. Briochés mais pas trop sucrés, ils ont tenu le coup jusqu’à la dernière bouchée. Pas de quoi s’attarder dessus.

En conclusion, un très bon burger grâce à ses deux steaks de viande charolaise de 150 g chacun. Il m’a bien rempli, dommage que l’harmonie avec les autres ingrédients ne se soit pas faite, mais peut-on rejeter la faute sur la viande ? Non, clairement pas.

Il ne vaut pas ses 10,40 € mais il vaut le coup d’être essayé, il m’a bluffé.


Prix (2020): 10,40 € (le burger seul)

Les ingrédients

- bun supérieur brioché
- roquette
- sauce à la moutarde à l’ancienne
- oignons frits
- oignons caramélisés
- 2 tranches de Cantal
- steak 150 g
- steak 150 g
- bun inférieur brioché

Le verdict : 15/20

Les Plus

- le goût de la viande
- de la viande en quantité
- une bonne idée, la roquette !

Les Moins

- le prix
- le manque de goût et de peps de la sauce
- faible quantité d’oignon frits

Taille

Honnête

13/03/2020 à 21:53

Dans la chronique il y a deux fois "ce segment de texte est réservé au plus de 18 ans, merci" qui s'est glisser sans que l'on sache d'où ils viennent. Et pour la taille j'aurais plus opté pour monstre. Mais en fonction du prix ca reste honnête.

Donnez votre avis sur le Master Double Cantal

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !