100% Complete

Chargement de la Chronique
Snow Cheese Whopper

Essixel

Snow Cheese Whopper Burger King  Burger King 

12 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1813_burger_king_JP_snow_cheese_whopper_06.jpg 2019-01-21 Le Japon est ma seconde patrie, et cette année j’y suis retourné pour les fêtes de Noël. Dans un pays shintoïste et bouddhiste, il est amusant de savoir que Noël a été importé en 1974 par... KFC ! En effet, c’est le Colonel Sanders, affublé du (...)

Décortiqué à la loupe par Essixel le 21/01/2019

Le Japon est ma seconde patrie, et cette année j’y suis retourné pour les fêtes de Noël. Dans un pays shintoïste et bouddhiste, il est amusant de savoir que Noël a été importé en 1974 par... KFC ! En effet, c’est le Colonel Sanders, affublé du bonnet rouge, qui a apporté Noël là-bas, et le soir du réveillon tous les amoureux font la queue pour aller au KFC manger du poulet frit, qui fait office de chapon. La fameuse magie de Noël...

Pas de KFC pour moi le 24 décembre, car j’étais en concert ce soir-là. Et puis, si j’apprécie les burgers, je préfère de loin profiter de la gastronomie locale, que j’aime encore plus. J’admets quand même faire ponctuellement une entorse à mon régime, et si j’avais prévu de goûter le nouveau Teriyaki Chicken Filet O’ de McDo ou le Teriyaki Burger chroniqué par el catala, mon choix s’est finalement porté par hasard sur le Snow Cheese Whopper de Burger King, un soir où j’ai eu une envie soudaine de frites. Ce choix a été également influencé par la présence de fromages et d’oignons, car j’avais l’espoir de retrouver le plaisir de manger le regretté McTimber (enfin, je vous parle de celui de 1994, auquel il est fait allusion dans la chronique, pas de ses versions 2012 ou 2014), même si dans ce sandwich (aux fromages neigeux tout droits issus du mont Fuji… pardon je m’égare) les fromages sont différents : gorgonzola, mozzarella, et gouda ! Bon, il faudra m’expliquer le concept quand même, car les deux premiers fromages, italiens, m’évoquent l’Italie, la Méditerranée, le soleil, et donc l’été. Le gouda, fromage du plat pays, ne m’évoque pas plus la neige, ni la montagne. Et puis que vient faire la tomate au milieu de ce burger d’hiver ? Aucun doute, je suis bien au Japon, pays où les fromages européens sont un concept tout aussi vague que le christianisme, et où la fraise est un fruit d’hiver qui cohabite avec la neige.

Peu importe, j’ai faim et il me tarde de goûter cette déclinaison. Je ne reviendrai pas sur le goût du Whopper en lui-même, inébranlable, mais intéressons-nous aux fameux fromages. Première chose : le traditionnel cheddar a été remplacé par de la mozzarella en tranche, ou alors par du gouda. D’après le visuel de promotion, ce serait le gouda, encore que la couleur soit assez neutre, mais au niveau du goût, je ne le retrouve nulle part... On ne peut pas dire que la mozzarella soit un fromage puissant en goût, et le seul qui arrive à faire le job ici, c’est le gorgonzola, et encore, c’est le minimum syndical. Je comprends qu’il faille ménager les palais japonais, peu habitués aux fromages qui puent, mais quelle frustration quand on a été élevé au camembert et au roquefort étalé sur du pain frotté à l’ail ! Pour avoir un peu de corps, il faut aller chercher le bleu du gorgonzola, très discret, mais quel bonheur quand on arrive à le sentir sur les papilles ! Les trois fromages s’accordent très bien avec le steak, néanmoins cette union est fragile, et il faut se concentrer pour ne pas perdre le fil des saveurs. Les Japonais doivent trouver l’ensemble très savoureux, mais pour ma part je reste légèrement sur ma faim. Heureusement, l’avalanche fromagère (je vous tente un raccord avec le nom du burger…) apporte le crémeux attendu qui, lui, fait bon ménage avec les oignons, ouf !

Allez, ce sera un 12/20 pour ce Whopper aux fromages industriels au goût proche du 0 absolu et à la tomate (qui en passant n’apporte absolument rien au schmilblick). À sa place, un rösti aurait peut-être été plus pertinent et original, mais ça n’aurait plus été un Whopper. おいしくなかった (Ce n’était pas l’extase)


Prix (2018) : 690¥/5,53 € (burger seul), 940¥/7,53 € (menu normal), 1 040¥/8,33 € (menu King Size)

Les ingrédients

- bun supérieur aux graines de sésame
- mayonnaise
- salade
- 2 rondelles de tomate
- rondelles d’oignons
- fromages fondus et en tranche (gorgonzola, mozzarella, gouda)
- steak grillé à la flamme
- bun inférieur

Le verdict : 12/20

Les Plus

- le crémeux du fromage
- en cherchant bien, le bleu du gorgonzola

Les Moins

- fromage pas assez prononcé pour un palais européen
- mais que fait la tomate ici ?

Taille

Honnête

EdWarner
22/01/2019 à 13:03

Le "snow", c'est juste pour le blanc complet du fromage ? Ou alors le nom en japonais est plus éclairant ? Pour le reste, c'est vrai que ça ne donne pas envie de tirer 11 h de vol...

22/01/2019 à 13:51

Je te renvoie au visuel de la promo :
- https://www.nikkei.com/content/pic/20170110/96958A9E808182E6E1E0E4EAE78DE3E2E2E3E0E2E3E5E2E2E2E2E2E2-DSXZZO1147804010012017000000-PB1-1.jpg
- https://www.burgerkingjapan.co.jp/campaign/img/banner_cp263.jpg

Pour moi c'était un burger qui sentait bon les sports d'hiver, mais j'ai peut-être mal interprêté le message qu'ils ont voulu faire passer.

En tout cas merci à Bix d'avoir lu dans ma tête et d'avoir ajouté la mention pour le McTimber de 1994 dont je garde un souvenir très ému même si je me suis quand même régalé avec la version de 2014.

Donnez votre avis sur le Snow Cheese Whopper

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !