100% Complete

Chargement de la Recette
Pour le Burger et pour le Pire

giraf

Pour le Burger et pour le Pire Burger Maison - Recette  Burger Maison - Recette 

17 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1350_recette_burger_maison_FR_pour_le_burger_et_pour_le_pire_15.jpg 2014-01-10 Ahhh... le mariage ! Ses tontons bourrés, son DJ moisi et son repas très codifié. Jamais nous n'aurons un cassoulet ou un burger sur la table du vin d'honneur, ni sur celle du repas. Pour ce concours sur le thème d'un burger "de mariage", (...)

Recette concoctée par giraf le 10/01/2014

Concours "Wedding Burger"

Pour le Burger et pour le Pire est l'une des 5 recettes réalisées pour le concours HOMEMADE BURGER 12 - Wedding Burger

Ahhh... le mariage ! Ses tontons bourrés, son DJ moisi et son repas très codifié. Jamais nous n'aurons un cassoulet ou un burger sur la table du vin d'honneur, ni sur celle du repas. Pour ce concours sur le thème d'un burger "de mariage", nous avons néanmoins tenté de réaliser une recette qui pourrait se voir ouvrir les portes d'une salle des fêtes. "Pour le burger et pour le pire" n'est pas un burger au cassoulet mais un burger qui ambitionne de remplacer la totalité du repas de mariage, sauf l'alcool, sous la forme d'une pièce montée de burgers, ou plutôt d'un gâteau de mariage à étages dans le style américain. Trois étages, trois gammes d'ingrédients, trois marmitons et trois étapes du repas : l'entrée en bas, le plat principal au milieu et le dessert au-dessus. Chaque couche a son propre pain pour être mangée indépendamment, vu qu'un monoburger de 30 centimètres serait difficile à déguster, même pour les bouches les plus extensibles. Le tout est plus qu'un burger, mais c'est quand même (en partie) un burger.

Pour cette recette, nous avons décidé de faire nous-mêmes le pain à burger. Une première. L'avantage est d'avoir facilement les bonnes tailles de buns pour les différents niveaux, et puis c'est bien meilleur. Côté ingrédients, nous avons opté pour du raffiné qui colle au thème du mariage, sans pour autant faire une recette trop complexe.
Le premier étage fera office d'entrée, et quoi de mieux pour commencer un repas de fête que du foie gras ? Accompagné de confit d'oignon pour la sauce, enlacé par deux pains à burger.
Le burger "plat de résistance" est quant à lui un peu plus épais, misant sur un combo magret de canard / sauce aux cèpes.
Le dernier étage, notre dessert, est un Paris-Brest non troué, un dessert à base de pâte à choux qui a le bon aspect pour terminer cette pièce montée.
Autant le dire tout de suite : entre la préparation de la pâte à pain, celle de la crème pâtissière, le canard qui nécessite d'être arrosé de sa graisse pour cuire et l'assemblage, une telle recette prend du temps, beaucoup de temps.
Le pain est plus long à faire qu'à simplement sortir d'un emballage, mais il est finalement assez simple à réaliser : farine/beurre/œuf/eau/sel/sucre/levure, un peu de graines de pavot (oui, j'ai pris pavot et pas sésame) sur le dessus, un rapide passage au four et c'est prêt. La recette est celle qui se trouve ici. Une fois cuits et coupés, les buns ont été légèrement évidés afin d'avoir un bon équilibre des goûts entre les ingrédients. Seul inconvénient, il est moins régulier qu'un pain industriel.
La pâtisserie est pour sa part plus complexe, avec beaucoup d'ingrédients et des techniques de réalisation plus poussées. J'ai choisi de suivre suivre celle de Marmiton. En contrepartie, l'assemblage est extrêmement simple : couper en deux le chou et le garnir de la crème pâtissière au pralin.
On craignait un peu la phase d'assemblage final de notre pièce montée, car plus c'est haut, plus les chances de finir sur le sol sont grandes, mais un peu de veine et des étages de hauteurs modérées ont permis que cela finisse bien.
L'entrée est simple : bun inférieur, lit de mesclun, une tranche de foie gras au milieu et des demi-tranches pour les bords, un peu de poivre, du confit d'oignon en guise de sauce sur chacun des morceaux et enfin le bun supérieur.
Pour le plat principal, un bun tapissé de pousses d'épinards, un peu de sauce aux cèpes, pas trop liquide pour ne pas risquer de gicler au moindre coup de dents (il suffit d'utiliser une sauce toute prête et de l'épaissir avec un peu de Maïzena), une tranche de comté en forme de cœur (attention la recette ne marche pas sans ce détail !), quelques tranches de magret de canard coupées très finement, car rien n'est plus énervant qu'un burger avec la moitié de la barbaque qui vient d'un coup, sauce, poivre, une autre tranche de comté en cœur, les pétales de 2 ou 3 boutons de roses (comestibles, si, si, et un mariage sans fleur est inconcevable) et enfin bun supérieur. On passe quelques instants au four pour faire fondre le fromage et réchauffer le pain.
On rajoute le Paris-Brest et c'est prêt !

Si l'assemblage est périlleux que dire de la dégustation ? Impossible de manger cette pièce montée d'un coup, il faut attaquer les étages l'un après l'autre dans l'ordre logique du repas (sauf si on a l'esprit de contradiction). Le pain maison s'accommode étonnamment bien avec le foie gras, faisant de l'entrée une grande réussite. Du coup nous allons certainement resservir cette recette dans d'autres circonstances. Un bon étage mais avec un gros défaut : même s'il n'est pas épais, il est large. Une fois fini, il y a peu de chance qu'un convive ait assez de place pour attaquer la suite. Pourtant la suite le mérite. Le "Super Canard Deluxe" du milieu est une véritable tuerie : viande tendre et goûtue, champignons bien perceptibles, fromage ni trop effacé ni trop fort, fleurs apportant un étonnant petit quelque chose. Une explosion de saveurs qui tournent en bouche, chaque ingrédient remplissant sa mission : le mariage est parfait. Ces deux étages sont assez bourratifs, la faute à un pain un peu trop épais. Après un tel repas, le mini dessert paraît bien gros mais, comme dit le proverbe, "il y a toujours de la place pour le sucré", surtout quand il est aussi bon que ce Paris-Brest maison.
Il est vrai qu'on a pris quelques largesses avec le concept de burger, mais cette recette pourrait vraiment constituer le menu d'un mariage. C'est très bon, raffiné, et pas besoin de nettoyer des couverts après.

Les ingrédients

Pour le dessert
- Couronne de pâte à choux
- Crème pâtissière au pralin
- Talon de pâte à choux
Pour le plat :
- Bun supérieur
- Pétales de roses
- Tranche de comté (en cœur)
- Sauce aux cèpes
- Fines tranches de magret de canard
- Tranche de comté (en cœur)
- Sauce aux cèpes
- Pousses d'épinards
- Bun inférieur
Pour l'entrée :
- Bun supérieur
- Confit d'oignon
- Foie gras
- Mesclun de salade
- Bun inférieur

Le verdict : 17/20

Les Plus

- Pain très bon, qui s'accommode avec tout
- Combo canard/cèpes/comté/pétales de rose excellent
- Repas complet

Les Moins

- Obligation de manger les étages un par un
- Trop copieux (mais on peut le partager)
- Très long à préparer

Taille

Honnête

Pour le Burger et pour le Pire Burger Maison - Recette
2 Moyenne des 1 votants :
 16 / 20   http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1350_recette_burger_maison_FR_pour_le_burger_et_pour_le_pire_15.jpg
bix
10/01/2014 à 11:33

Magnifique résultat...

03/02/2014 à 19:32  16 / 20  

Très belle cuisson du magret je trouve !Et les pétales de rose , parfaitement dans le sujet !

Donnez votre avis sur le Pour le Burger et pour le Pire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la recette via FaceBook !