100% Complete

Chargement de la Chronique
Ratatouille Oishii Burger

Essixel

Ratatouille Oishii Burger Burger Maison - Recette  Burger Maison - Recette 

16 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1792_burger_maison_recette_FR_ratatouille_oishii_burger_15.jpg 2018-08-10 Lors de mon premier voyage au Japon en 2003, j’avais regardé par curiosité ce que proposait la carte du McDonald’s japonais, et outre les Teriyaki McBurger et Ebi Filet-O, il y avait en temporaire le Ratatouille Sand’ (pour les ancêtres du secteur, en France, vers (...)

Décortiqué à la loupe par Essixel le 10/08/2018

Lors de mon premier voyage au Japon en 2003, j’avais regardé par curiosité ce que proposait la carte du McDonald’s japonais, et outre les Teriyaki McBurger et Ebi Filet-O, il y avait en temporaire le Ratatouille Sand’ (pour les ancêtres du secteur, en France, vers 2000, on avait eu les Pouléou et Soléio, dans le même style). C’était en septembre, il faisait encore chaud, très chaud, avec un taux d’humidité auquel je n’étais pas habitué, et l’idée de manger un burger à la ratatouille cuisiné par Ronald San ne m’avait pas fait saliver le moins du monde… En France, on a déjà du mal à bien savoir la faire (qui n’a jamais mangé à la cantine la compotée de légumes surgelés qu’ils appellent ratatouille ?), alors imaginez un Japonais qui prépare ce plat provençal alors qu’il n’a jamais goûté à la vraie ? C’est comme si nous Français faisions des sushis sans n’avoir jamais goûté aux vrais ! Oh, wait…

Bref, je n’ai jamais regretté de n’avoir pas goûté ce burger, qui n’a pas dû bien marcher d’ailleurs car je ne l’ai jamais revu à la carte. Mais l’idée ne m’a jamais quitté et, 15 ans après, j’ai eu envie de tenter l’expérience, avec cette fois une vraie ratatouille faite maison, cuisinée avec les légumes du jardin. Car oui, une bonne ratatouille ne peut pas se faire sans de bons légumes, c’est la base. Ensuite, il y a deux écoles : ceux qui font compoter tous les légumes ensemble tout de suite, au point que tout finisse par avoir le même goût, et ceux, dont je fais partie, qui font cuire les légumes séparément pour qu’ils gardent leur identité avant de les faire mijoter ensemble quelques minutes.

La recette est simple. Il y en a d’autres bien sûr, mais voici celle que l’on fait chez nous. Je vous laisse les ingrédients, pour faire votre marché tout de suite

- 4 grosses tomates pour le coulis
- 2 grosses tomates
- 2 petites courgettes
- 1 belle aubergine
- 2 petits poivrons
- 1 oignon et demi
- 3 gousses d’ail
- sel, poivre
- laurier, thym ou herbes de Provence (si vous êtes à la dèche)
- du cumin selon votre goût
- de l’huile d’olive en quantité

Tout d’abord, dans une cocotte en fonte, faites chauffer de l’huile d’olive. Dans le Sud, on a un peu la main lourde avec l’huile, donc allez-y gaiement. J’avoue que je ne mesure pas la quantité, mais ça représente facilement plusieurs cuillérées à soupe. Commencez par faire revenir un oignon, puis choisissez environ 4 grosses tomates et coupez-les en quartiers grossiers. Écrasez un peu d’ail, salez, poivrez, "herbes-de-Provencez" et laissez compoter à feux doux. Normalement, c’est bien de mettre du laurier et du thym, mais ce jour-là je n’en avais plus...

Dans un fait-tout, faites chauffer là aussi de l’huile (et là aussi allez-y gaiement), puis détaillez en cubes une belle aubergine. Faites-la revenir dans l’huile avec un peu de sel et une bonne rasade de cumin (ce n’est pas dans la recette originale, mais le cumin et l’aubergine se marient très bien). Faites revenir à feu doux jusqu’à ce que la peau soit tendre.

Dans une poêle, faites chauffer de l’huile (si vous êtes au régime, je vous vois transpirer à grosses gouttes, mais je persiste), puis faites-y revenir la moitié d’un oignon, deux petites courgettes coupées en cubes et un peu d’ail écrasé. Salez et poivrez. Dans une autre poêle, faites revenir deux petits poivrons avec un peu d’huile (What else ?) et de sel.

Quand vos tomates sont bien cuites, réduisez-les en coulis avec un mixer plongeant. Ajoutez-y les autres légumes cuits et les demi-quartiers de deux ou trois tomates, selon leur grosseur. Rectifiez l’assaisonnement et faites compoter à couvert à feu très doux pendant 10 à 15 minutes.

Laissez refroidir, et mettez même la cocotte au frigo pour que les saveurs continuent à se diffuser. Je préfère d’ailleurs la ratatouille froide ou tiède, je trouve que c’est meilleur et ça rafraîchit en été. Avec un jaune d’œuf au milieu, c’est top aussi.

Le reste de la recette est plus simple (et sans huile ou presque). Préparez une mayonnaise maison très poivrée (environ 2 cuillères à café de poivre), si vous n’en avez pas de la toute faite, et personnellement j’y ajoute de la Vache qui Rit, pour lui donner du corps, car mayonnaise et chaleur ne font pas toujours bon ménage. Toute personne qui y verrait un hommage au quasi mythique Burger Sauce à la Vache Qui Rit a l’esprit mal tourné. Pendant le temps, faites toaster au four vos buns (240 °C en mode gril pendant 3 minutes, oui je suis le Lucky Luke de la mayonnaise maison, je l’avoue).

Faites griller deux tranches de poitrine fumée. Assaisonnez une escalope de poulet, taillée aux dimensions de vos buns, farinez-la, puis faites-lui faire un aller-retour dans un œuf battu en omelette avec un peu de moutarde, et enrobez-la de panure japonaise, le panko, pour le clin d’œil, et aussi parce qu’elle est plus croustillante. Faites cuire l’escalope dans le gras de la poitrine fumée, et ajoutez un peu de beurre si besoin (je vous ai dit sans huile ou presque, je n’ai rien promis sur le beurre ou le gras, hein). Laissez cuire une petite dizaine de minutes.

Tartinez le bun supérieur de mayonnaise et déposez-y la poitrine. Sur le bun inférieur, mettez la ratatouille tiède, puis l’escalope et une belle tranche d’emmental. Mettez la partie avec l’emmental au four encore chaud quelques secondes, pour que le fromage fonde un peu, et couvrez avec le bun supérieur.

J’avoue que je suis surpris du résultat final, car je m’attendais à quelque chose de moins présentable. Je m’empresse donc de le goûter, et dès la première bouchée toute la garniture cherche à se faire la belle, comme souvent avec mes burgers maison... Premier défaut, ou qualité, c’est selon : on sent tout de suite les légumes du soleil, qui explosent en bouche, au point d’en oublier tout le reste. Les bouchées suivantes sont plus équilibrées, car la ratatouille se fait un peu oublier, absorbée qu’elle est par le bun inférieur. Ce sera d’ailleurs le second défaut de ce burger : le bun détrempé par le coulis de tomates ne tient plus en main, et la dégustation devient encore plus délicate. Mais qu’importe, car ce burger a d’autres atouts, comme l’emmental fondu associé à la mayonnaise, qui donne un moelleux en bouche remarquable. J’avais peur qu’une fois fondu il ne se transforme en une masse caoutchouteuse, mais on a un fromage agréable, qui apporte beaucoup de plaisir. Tous les éléments s’associent parfaitement, mon seul regret est la prise en main. Il faut vraiment que j’investisse dans du papier pour emballer mes burgers, ils se tiendraient mieux à la dégustation. Je pourrais aussi glisser de grosses rondelles d’aubergine grillées sous la ratatouille, histoire d’apporter un semblant d’étanchéité. À tester la prochaine fois en tout cas, car ce burger vaut la peine que je le refasse.

Les ingrédients

- bun supérieur au sésame
- mayonnaise maison poivrée à la Vache qui Rit
- 2 tranches de poitrine fumée grillées
- 1 grosse tranche d’emmental
- escalope panée à la chapelure japonaise et légèrement moutardée
- ratatouille maison
- bun inférieur

Le verdict : 16/20

Les Plus

- la ratatouille apporte une sauce remarquable
- l’emmental fondu est bien moelleux
- le poulet évite que le burger ne soit encore plus mou
- la mayonnaise poivrée relève bien le poulet

Les Moins

- les ingrédients se font la malle
- le bun inférieur est vite détrempé

Taille

Honnête

10/08/2018 à 23:34

Quel taf ! Et tous les feux de la plaque occupés... Merci pour le roman explicatif, je me suis bien marré à le lire... En bref, bravo pour cette recette d'été qui n'oublie pas non plus d'être burgeresque, parce que le gras c'est la vie !

11/08/2018 à 10:06

Merci, mais je crois que j'ai mis plus de temps à écrire cette chronique qu'à cuisiner ^^
Et ouais 4 feux allumés par cette chaleur, c'est moyennement sympa...

Jafar
11/08/2018 à 11:12

Joli et pour le moins original ! (Mc Pouléou et Mc Soleio c'était courgette et respectivement : sauce tomate/thym , sauce tomate/basilic , avec un pain foccacia aux herbes)

Donnez votre avis sur le Ratatouille Oishii Burger

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !