100% Complete

Chargement de la Chronique
Shinjuku

bix

Shinjuku Motto Burger  Motto Burger 

17 / 20  

http://www.myburger.fr/images/chroniques/grande_1728_motto_burger_FR_shinjuku_02.jpg 2017-03-31 L’enseigne Motto Burger a ouvert à Paris en décembre 2016. Leur concept est à la fois simple et novateur : proposer des burgers s’inspirant directement des recettes de street food japonaise. Dans cette perspective, un chef japonais (Yasuo Nanaumi) a revisité les recettes classiques et éprouvées (...)

Décortiqué à la loupe par bix le 31/03/2017

L’enseigne Motto Burger a ouvert à Paris en décembre 2016. Leur concept est à la fois simple et novateur : proposer des burgers s’inspirant directement des recettes de street food japonaise. Dans cette perspective, un chef japonais (Yasuo Nanaumi) a revisité les recettes classiques et éprouvées des burgers en leur intégrant des saveurs propres à son pays. Ainsi, vous trouverez dans ses créations des légumes très peu connus par chez nous, comme le chioggia, le yuzu, le daikon, le shiso... Les plus pointus d’entre vous les connaissent sûrement intégrés à un plat classique, mais nous sommes bien sur des burgers ici, et sur ce point Motto Burger innove totalement.

Mon choix se porte sur le Shinjuku (chaque burger est nommé en fonction d’un quartier de Tokyo), un burger au porc pané. Premièrement, il est très rare de trouver un burger au porc par chez nous, mais s’il est en plus pané à la japonaise, comme dans un Katsudon, cela ne peut qu’être prometteur. Pour accompagner ce patty de porc, on nous parle de vinaigrette de yuzu (un agrume comparable à la mandarine sauvage), de chou, de julienne de carotte, de mâche, de ciboulette et de chioggia (betterave japonaise). Tout un programme ! Déjà je ne connais pas certains ingrédients, mais en plus il est très rafraîchissant et motivant de voir que les recettes ont l’air réfléchies et très originales.

Le burger est réalisé à la commande. Sachez que la cuisson est demandée pour les burgers à base de bœuf, mais dans mon cas cela n’est pas nécessaire, le porc se devant d’être cuit à cœur.

Le restaurant fonctionnant en mode self-service, une fois votre commande prête, vous allez récupérer votre plateau et vous vous installez à table. J’y suis allé au pire moment de la journée, en plein déjeuner, à 12 h 30. Le lieu était bondé, mais le service était très efficace et rapide (burger prêt en 2 à 3minutes).

Le burger est proposé (très bien) emballé dans du papier alimentaire à l’effigie de l’enseigne. L’odeur qui s’en échappe quand on le déballe nous projette directement de l’autre côté du globe, à 11 000 km de là. Non, je n’exagère pas : côtoyant régulièrement les restaurants japonais de la rue Saint-Anne à Paris et étant allé il y a quelques années au Japon, je peux vous assurer que cette odeur authentique ne s’invente pas. Le bun, artisanal, est lui aussi original : sa forme rectangulaire et sa texture, qui se veut plus compacte et moins moelleuse que ce que l’on trouve habituellement, le classe dans la catégorie des buns travaillés. Légèrement sucré, il tient très bien en main, ne s’effrite pas et maintient bien l’ensemble des ingrédients.

Au sein de ce pain, le palais rencontre un patty de porc "pané à la japonaise" (avec du panko, donc), savoureux et croustillant comme il faut. Les légumes, bien présents, originaux et variés, apportent une fraîcheur très appréciable pour contrebalancer l’éventuelle sécheresse que l’on reproche parfois aux patties de porc. Le choix de proposer les carottes en julienne et la betterave japonaise en très fines tranches offre un contraste de texture très agréable en bouche. Un bon point également pour la sauce au bon goût d’agrumes, qui fédère à merveille l’ensemble.

Globalement, ce qui surprend le plus, c’est l’harmonie entre tous ces ingrédients, surtout pour qui les découvre pour la première fois. On peut se sentir déconcerté devant la carte, perplexe devant toutes ces nouvelles saveurs mêlées, surtout dans un burger, mais le résultat final est remarquable. On sent que la recette a été bien réfléchie et travaillée, j’ai presque envie de dire avec cette cinquième saveur qu’est l’umami. Une réussite, de mon point de vue totale, qui donne un nouveau souffle à l’univers des burgers.


Prix (2017) : 10,90 € le burger seul, 13,90 € en formule avec accompagnement et boisson.

Site internet : www.mottoburger.fr
Facebook : www.facebook.com/mottoburger/

Adresse : 44, rue de Ponthieu 75008 PARIS
Téléphone : 09 81 27 77 16

Les ingrédients

- bun supérieur artisanal
- chou blanc en fines lanières
- julienne de carottes
- porc pané sauce tonkatsu
- vinaigrette de yuzu (mandarine sauvage japonaise)
- mâche
- ciboulette
- rondelles de chiogga (betterave japonaise)
- bun inférieur artisanal

Le verdict : 17/20

Les Plus

- excellentes saveurs, harmonieusement combinées
- original et surprenant

Les Moins

- patty un peu petit par rapport aux buns

Taille

Honnête

31/03/2017 à 11:04

C'est magnifique ! Et cela intègre directement ma todolist. Un peu chiche en frites en revanche, non ?

31/03/2017 à 11:42

C'est vrai que ça donne vraiment envie !

bixouille
31/03/2017 à 13:50

Concernant les frites, c'est dans la moyenne des quantités servies dans ce type d'enseigne.

EdWarner
31/03/2017 à 20:14

Petite question : sur la première photo, tout en bas à droite, on distingue l'angle d'un sachet de sauce/huile/ je ne sais pas quoi. Qu'est-ce ? Sinon en effet, même si pas dans mes goûts japonisants, il faut admettre que c'est original.

Beniben
31/03/2017 à 22:19

Oh il est magnifique ce burger ! Surtout avec une préparation aussi rapide Et des sandwiches au porc c'est rare ! Les recettes ont l'air bien étudiées et je dois avouer que je regrette de ne pouvoir essayer ce restaurant. :) Le point "négatif" est bien justifié, en effet le pain enveloppe totalement la viande. Je ne trouve pas que la quantité de frites est petite, elle me semble adaptée à la taille imposante du burger.

Par contre le bun a l'air jaunâtre. Sa composition n'est pas précisée. Farine de maïs ? Coloration au curcuma ou autre ?

Donnez votre avis sur le Shinjuku

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un avis.

Ou commentez la chronique via FaceBook !